Accessibilité

Écho du RAAMM pour la période du 13 au 19 mai

Voici le contenu de l’Écho du RAAMM pour la période du 13 au 20 mai 2019.
Prenez connaissance des dernières actualités du RAAMM, des communiqués de nos partenaires et d’articles portant sur la déficience visuelle publiés dans les médias.
Sommaire

1. Convocation à la trente-neuvième assemblée générale annuelle du Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain

Montréal, le 18 mai 2019

Objet : Convocation à la trente-neuvième assemblée générale annuelle

Madame, Monsieur,

En ma qualité de Président du Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain (RAAMM), j’ai le plaisir de vous convoquer à la trente-neuvième assemblée générale annuelle de notre association. Cette assemblée se tiendra le mercredi 12 juin 2019, de 18 h 00 à 21 h 00, à la salle Berthe Rhéaume du RAAMM située au 5225 rue Berri, Montréal, bureau 100, à deux pas du métro Laurier.

À cette assemblée, nous vous présenterons le rapport d’activités et les états financiers pour l’exercice 2018-2019. De plus, vous aurez l’opportunité de vous exprimer sur le plan d’action pour la prochaine année.

Enfin, l’assemblée procèdera à l’élection de trois (3) membres du conseil d’administration du RAAMM ainsi qu’au choix d’un Président pour l’année 2019-2020.

À noter que les administrateurs sortants sont Jean-Marie D’Amour, Anne Jarry et Suzanne Lalumière. Restent en poste pour une année supplémentaire, Serge Boudreau et Tania Roy.

En raison de l’heure de l’assemblée générale, il vous sera possible de souper au RAAMM. En effet, pour les personnes qui le désirent, à compter de 17h00 des boîtes à lunch seront disponibles pour la modique somme de 10$. Cependant, seules les personnes qui auront réservé leurs repas avant le 7 juin pourront obtenir une boîte à lunch.

Nous vous demandons de bien vouloir confirmer votre présence et indiquer dans quel format vous souhaitez obtenir les documents relatifs à cette assemblée, en communiquant avec madame Anna Gluhenicaia, par téléphone au 514-277-4401, poste 111, ou par courriel à [email protected] au plus tard le 5 juin 2019. Les formats disponibles sont : l’imprimé régulier, l’imprimé en gros caractères, le braille, le CD ou la version électronique par courriel. Veuillez prendre note que le jour de l’assemblée, seul l’ordre du jour sera disponible sur place. Vous êtes donc responsables d’apporter les documents que vous jugerez pertinents. Afin de participer à cette réunion et pouvoir vous prononcer, nous vous rappelons qu’il est essentiel d’être membre en règle de notre organisme.

Si vous avez besoin d’assistance à partir de la sortie du métro Laurier, prière de contacter Martine Grenier au (514) 277-4401, poste 115 et laissez vos coordonnées dans la boîte vocale du Service d’Aide Bénévole.

Finalement, prenez note que l’assemblée débute à 18 h 00 et que l’inscription se fera à compter de 16 h 30 et que pour les gens qui viennent en transport adapté l’heure de retour devrait être demandée pour 21 h 00.

Espérant avoir le plaisir de vous rencontrer lors de cette assemblée, recevez, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations cordiales.

Jean-Marie D’Amour, Président

p. j. Ordre du jour

2. Ordre du jour Assemblée générale annuelle du RAAMM

Assemblée générale annuelle

mercredi 12 juin 2019, de 18 h 00 à 21 h 00

Au Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain (RAAMM)

5225, rue Berri, local 100, Montréal (métro Laurier)

Ordre du jour

18 h 00 : 1) Mot de bienvenue, présences, vérification du quorum et ouverture de l’assemblée

18 h 10 : 2) Nomination à la présidence et au secrétariat de l’assemblée

18 h 15 : 3) Adoption de l’ordre du jour

18 h 20 : 4) Adoption du procès-verbal de l’assemblée générale annuelle du 13 juin 2018

18 h 30 : 5) Présentation et adoption du rapport d’activités 2018/2019

19 h 00 : 6) Présentation et adoption des états financiers vérifiés 2018/2019

19 h 10 : 7) Présentation des prévisions budgétaires 2019/2020

19 h 20 : 8) Nomination des auditeurs indépendants pour 2019/2020

19 h 30 : PAUSE

19 h 45 : 9) Affiliation du RAAMM au RAAQ

19 h 50 : 10) Présentation et adoption du plan d’action 2019/2020

20 h 15 : 11) Élections :

11.1) Nomination d’un président, d’un secrétaire et de 2 scrutateurs

11.2) Élection de trois administrateurs

11.3) Élection à la Présidence du RAAMM

20 h 40 : 12) Varia

20 h 55 : 13) Mot de la fin et levée de l’assemblée

3. L’équipe du RAAMM s’agrandit!

Il nous fait plaisir de vous annoncer que monsieur André Bissonnette s’est joint à l’équipe de travail du RAAMM à titre d’agent de développement et de communication responsable du dossier de l’accessibilité du Web. La direction, l’équipe et le conseil d’administration du RAAMM lui souhaitent la bienvenue!

Vous pouvez joindre André au 514-277-4401, poste 119, ou par courriel à [email protected].

Laissons André se présenter :

Bonjour,

Je suis André Bissonnette et je serai responsable du dossier de l’accessibilité du Web. L’informatique a toujours été l’une de mes principales passions. Durant mon DEP en soutien informatique, j’ai appris beaucoup de choses liées à l’informatique, dont la programmation Web, ce qui m’a donné le goût d’en apprendre plus. Donc, j’ai suivi un cours d’initiation à la programmation Web à l’Université de Montréal afin d’améliorer mes connaissances.

Ma curiosité, ma rigueur et ma débrouillardise ont rapidement fait de moi la personne à contacter en cas de questionnements liés à l’utilisation de tout appareil électronique en incluant les outils d’accessibilité. C’est d’ailleurs cette réputation qui a amené Kronos à me proposer un contrat pour tester l’accessibilité de leur application Web. En agissant comme référence en matière d’accessibilité du Web au sein de l’entreprise, j’ai notamment dû rédiger des rapports, mettre sur pied des formations pour les différentes équipes concernées et collaborer directement avec les développeurs de l’application.

Avec ce que je constate des problèmes d’accessibilité lorsqu’une personne non-voyante ou semi-voyante tente d’accéder à plusieurs sites web québécois, je crois qu’il est grand temps de faire des actions concrètes pour changer ce portrait sombre. Je m’emploierai, durant la prochaine année, à parler aux responsables de certains sites Web, afin de leur faire comprendre les difficultés rencontrées par notre clientèle et les moyens qu’ils peuvent déployer afin de rendre leur site Web plus accessible aux personnes non-voyantes et semi-voyantes.

Cordialement,

André Bissonnette

4. Le gouvernement du Canada offrira plus de soutien aux Canadiens ayant une déficience visuelle ou une déficience de lecture des imprimés

Nouvelles fournies par Emploi et Développement social Canada 

OTTAWA, le 7 mai 2019 /CNW/ – Aujourd’hui, la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement et de l’Accessibilité, l’honorable Carla Qualtrough, a assisté à une réception parlementaire organisée par l’Institut national canadien pour les aveugles (INCA) pour souligner le Mois de la santé visuelle.

Au cours de l’événement, la ministre Qualtrough a annoncé le financement qu’il est proposé d’offrir à l’INCA dans le budget de 2019 pour aider les Canadiens ayant une déficience visuelle à trouver un emploi. Un investissement d’un million de dollars prévu en 2019-2020 aidera des personnes ayant une déficience visuelle à entrer en contact avec des employeurs de petites et moyennes entreprises, ce qui leur permettra d’améliorer leur qualité de vie et de bénéficier de plus de possibilités de contribuer à l’économie canadienne.

La ministre Qualtrough a également souligné qu’il est proposé, dans le budget de 2019, d’accorder au Centre d’accès équitable aux bibliothèques un financement de trois millions de dollars en 2019-2020 dans le but de produire du nouveau matériel de lecture accessible qui sera disponible par le biais de bibliothèques publiques partout au Canada. Le gouvernement du Canada versera également un million de dollars au Réseau national de services équitables de bibliothèque en 2019-2020 pour améliorer l’accessibilité des livres électroniques et pour appuyer la production de documents sous une forme non traditionnelle demandés par les usagers des bibliothèques.

Le budget de 2019 propose également de soutenir l’autonomie des personnes en situation de handicap grâce à un investissement de 500 000 $ en 2019-2020 en vue de trouver des façons d’améliorer l’accessibilité des terminaux de paiement électronique afin de permettre aux personnes en situation de handicap d’effectuer leurs activités quotidiennes.

Le projet de loi C-81 portant sur la Loi canadienne sur l’accessibilité est une autre mesure concrète prise par le gouvernement du Canada pour éliminer les obstacles à l’accessibilité. Il vise à promouvoir un vaste changement organisationnel et culturel, tout en cernant, en éliminant et en prévenant de façon proactive les obstacles à la réalisation d’un Canada véritablement accessible. Ce projet de loi est en voie d’être adopté par le Sénat.

Les faits en bref

  • Selon l’Enquête canadienne sur l’incapacité de 2017, on estime que 2,4 millions de Canadiens âgés de 15 ans et plus ont une déficience de lecture des imprimés.
  • Une déficience de lecture des imprimés est une déficience visuelle, physique ou d’apprentissage qui empêche une personne de lire du matériel imprimé traditionnel.
  • Le budget de 2019 prévoit 290 millions de dollars sur six ans pour appuyer la Loi canadienne sur l’accessibilité qui est proposée par le gouvernement du Canada.
  • Le Canada a adhéré en 2016 au Traité de Marrakech, dont l’objectif est de faciliter l’accès aux œuvres publiées pour les personnes ayant une déficience de lecture des imprimés.

Lien connexe

SOURCE Emploi et Développement social Canadawww.hrsdc-rhdsc.gc.ca

Source : https://www.newswire.ca/fr/news-releases/le-gouvernement-du-canada-offrira-plus-de-soutien-aux-canadiens-ayant-une-deficience-visuelle-ou-une-deficience-de-lecture-des-imprimes-844897322.html

5. Les Canadiens sont exhortés à soumettre une intervention au CRTC à l’appui de la vidéodescription

Source : INCA

TORONTO, le 8 mai 2019 /CNW/ – Les Canadiens aveugles avaient hâte d’obtenir la vidéodescription de toutes les émissions diffusées aux heures de grande écoute en septembre 2019, tel qu’exigé par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

Mais maintenant Bell Media Inc., Corus Entertainment Inc. et Rogers Media viennent de déposé une demande au CRTC visant à les exempter de cette condition de licence et à les autoriser à diffuser sans vidéodescription les émissions non canadiennes reçues moins de 72 heures avant leur diffusion. D’autre part, TVA, un grand radiodiffuseur québécois, a demandé au CRTC d’assouplir encore davantage les conditions de sa licence. Un tel changement aux conditions de la licence de TVA retarderait encore davantage la disponibilité de la vidéodescription pour la programmation télévisuelle en français et en anglais.

En 2015, le CRTC a fait part de son intention d’augmenter la disponibilité de la vidéodescription et exigé de certains radiodiffuseurs canadiens de mettre en ondes quatre heures de vidéodescription par jour aux heures de grande écoute (de 19 h à 23 h) en septembre 2019.

« Les radiodiffuseurs canadiens auraient dû s’affairer à trouver des solutions plutôt qu’à déposer au Conseil des demandes de modification de cette condition de licence à l’approche de l’entrée en vigueur de la nouvelle exigence », déclare le président et chef de la direction de la Fondation INCA, John Rafferty. « Si les radiodiffuseurs canadiens ne précisent pas dans leurs ententes commerciales qu’ils veulent que les émissions reçues des États-Unis s’accompagnent de la vidéodescription à la livraison, il est alors déraisonnable de leur part de s’attendre à ce que la programmation acquise s’accompagnera de la vidéodescription».

« La nécessité d’enrichir la programmation en vidéodescription au Canada aura aussi pour effet d’augmenter la disponibilité de cette programmation aux États-Unis, étant donné que les producteurs ici devront ajouter la vidéodescription pour se conformer à l’exigence canadienne », fait remarquer le président de la National Federation of the Blind (NFB), Mark Riccobono. « En tant qu’organisation de personnes aveugles la plus ancienne et la plus grande aux États-Unis, c’est avec plaisir que la National Federation of the Blind se joint à cet effort pour faire entendre la voix authentique des personnes aveugles des États-Unis dans cette conversation et assurer que l’utilisation de la vidéodescription soit bien priorisée dans le monde de la radiodiffusion, tout en faisant progresser l’art d’utiliser la vidéodescription pour améliorer l’information et le divertissement proposés à toutes les personnes aveugles en Amérique du Nord. »

Pour 1,5 million de Canadiens non-voyants ou ayant une déficience visuelle, la vidéodescription n’est pas seulement une façon d’accéder à un divertissement. Elle met tout le monde sur un même pied d’égalité en permettant à tous d’apprécier la culture populaire et de participer aux conversations quotidiennes « autour de la machine à café », plutôt qu’être exclus parce que de la dernière émission n’a pas passé en vidéodescription.

« À seulement 28 heures d’émissions en vidéodescription par semaine, il y a encore amplement place à amélioration », ajoute M. Rafferty. « Quatre heures d’émissions en vidéodescription au cours des heures de grande écoute sont déjà insuffisantes et l’assouplissement des conditions de la vidéodescription écarte encore davantage de la télévision accessible les personnes ayant une perte de vision. »

Les Canadiens non-voyants ou ayant une déficience visuelle paient le même prix pour la programmation que les autres abonnés et en ce sens, ils ont droit à une expérience de visionnement à la hauteur de leurs besoins d’accessibilité. Des mesures d’adaptation analogues ont été consenties aux personnes sourdes ou malentendantes. En fait, l’entièreté du contenu canadien doit s’accompagner d’une option de sous-titrage codé dans ce segment d’auditoire.

La Fondation INCA exhorte les Canadiens à faire part au CRTC de leur avis quant à savoir s’il doit ou non donner son aval à la modification des conditions de licence de Bell Media Inc., Corus Entertainment Inc. et Rogers Media Inc.

Nous vous prions d’exprimer votre point de vue sur cette très importante question en présentant votre propre intervention au CRTC ici ou visitez la page inca.ca/fr/vd .

La date limite pour soumettre une intervention est le 16 mai 2019 jusqu’à 20 h, la Journée mondiale de sensibilisation à l’accessibilité – une journée qui met l’accent sur les problèmes d’accès et d’inclusion pour les personnes en différentes situations de handicap.

Au sujet de la Fondation INCA

INCA est un organisme sans but lucratif qui vise à changer ce que cela veut dire que d’être aveugle. Nous fournissons des programmes innovateurs et des initiatives de défense des droits qui amènent les personnes touchées par la cécité à réaliser leurs rêves en éliminant les barrières pour favoriser l’inclusion. Notre travail en tant que fondation pour les personnes aveugles repose sur un réseau de bénévoles, de donateurs et de partenaires d’un bout à l’autre du pays. Pour en savoir davantage ou pour participer, visiter notre site inca.ca.

Au sujet de National Federation of the Blind

La National Federation of the Blind (NFB), dont le siège social est à Baltimore, est l’organisation de personnes aveugles la plus ancienne et la plus grande aux États-Unis. Fondée en 1940, la NFB se subdivise en affiliés, en sections et en division dans les cinquante États, Washington, DC, et Puerto Rico. La NFB défend les droits des personnes aveugles de tous âges et fournit de l’information et du soutien aux familles ayant des enfants aveugles, des Américains âgés qui perdent leur vision, et bien d’autres. Nous croyons aux espoirs et aux rêves des personnes aveugles et travaillons ensemble pour les transformer en réalité. Pour en savoir davantage sur nos programmes et nos initiatives de toutes sortes visitez notre site à l’adresse www.nfb.org.

SOURCE INCA www.cnib.ca

Source :

https://www.newswire.ca/fr/news-releases/les-canadiens-sont-exhortes-a-soumettre-une-intervention-au-crtc-a-l-appui-de-la-videodescription-864763026.html

6. Projet de loi 17 : La COPHAN témoigne à la Commission sur les transports et l’environnement et interpelle le ministre Bonnardel

Par la Confédération des organismes de personnes du Québec 

MONTRÉAL, le 8 mai 2019 /CNW Telbec/ – Après des appels insistants, la Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec (COPHAN) a finalement été entendue sur le projet de loi 17.

Nous avons d’abord rappelé aux membres de la Commission que 70 % des déplacements en transport adapté sont effectués par l’industrie du taxi et déplorons que le projet de loi 17 reste muet à ce sujet. Le transport est essentiel pour l’inclusion sociale des personnes ayant des limitations fonctionnelles. L’article 67 de la Loi assurant l’exercice des droits des personnes handicapées en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et sociale (LAEDPH), mentionne que chaque plan de service de transport local doit viser «à assurer, dans un délai raisonnable, le transport en commun des personnes handicapées dans le territoire qu’il dessert». De plus, l’article 15 de la Charte des droits et libertés de la personne du Québec stipule que «Nul ne peut, par discrimination, empêcher autrui d’avoir accès aux moyens de transport ou aux lieux publics».

«C’est dans cet esprit que nous avons interpellé les parlementaires afin que les personnes ayant des limitations fonctionnelles ne soient pas les boucs émissaires des lois du marché. Notre propos n’est pas de porter un jugement sur cette déréglementation, mais de rappeler au gouvernement que la loi de l’offre et de la demande n’a jamais été gagnante pour les personnes ayant des limitations», ajoute Claude Guimond, directeur général de la COPHAN.

Les démarches réalisées avec le gouvernement dans les dernières semaines démontrent une ouverture au dialogue. Nous en sommes ravis. Il y aura un immense chantier après l’adoption du projet de loi pour l’élaboration des règlements nécessaires à sa mise en œuvre. «Nous disons donc au ministre que nos membres sont prêts à travailler avec son ministère de manière constructive, dans le but d’assurer de la pérennité du transport adapté.», conclut Jean-Marie Grenier, président de la COPHAN.

SOURCE Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec

Renseignements: Claude Guimond, Directeur général de la COPHAN, 514 377-6754, [email protected]

Source : https://www.newswire.ca/fr/news-releases/projet-de-loi-17-la-cophan-temoigne-a-la-commission-sur-les-transports-et-l-environnement-et-interpelle-le-ministre-bonnardel-868640170.html

7. Projet de loi n° 17 : un recul prévisible pour le transport adapté!

Communiqué de l’AUTAL

Longueuil, le 9 mai 2019. – L’Association des usagers du transport adapté de Longueuil (AUTAL) vise par ce communiqué à prendre position et à faire connaître ses préoccupations concernant le projet de loi n° 17 déposé par le ministre des Transports, monsieur François Bonnardel.

Après avoir pris connaissance du contenu du projet de loi, l’AUTAL est grandement étonnée de constater que le texte du projet de loi ne fait aucunement mention, ou presque, du transport adapté ainsi que des modalités et des particularités concernant celui-ci. En tant qu’organisme qui défend les droits des utilisateurs du transport adapté, nous sommes préoccupés de constater que le projet de loi ne prend pas en considération les besoins particuliers de ceux-ci, qui représentent un important pourcentage des utilisateurs de taxis.

Selon le rapport annuel du réseau de transport de Longueuil (RTL) pour l’année 2017, il y a eu 372 893 déplacements en transport adapté. Toujours selon le RTL, 18% des déplacements ont été effectués par un taxi adapté, 60% par un taxi régulier et 22% par un minibus.

L’analyse que nous faisons de ce projet de loi génère des préoccupations concernant la formation des chauffeurs de taxi, la modulation de la tarification, la sécurité des utilisateurs du transport adapté ainsi que l’accessibilité aux nouvelles technologies.

Nous nous questionnons sur la pertinence d’un projet de loi comme celui-ci, supposément mis de l’avant pour faire évoluer l’industrie du taxi, mais qui semble contenir une lacune évidente au niveau du transport adapté. Nous avons le devoir de nous demander pourquoi le ministre des Transports a oublié ceux qui sont si importants et qui comptent sur l’utilisation régulière des taxis pour pouvoir mener une vie plus active et plus autonome.

Les usagers du transport adapté vivent avec des conditions particulières qui impliquent des besoins de prise en charge par les chauffeurs. Si ce projet de loi est appliqué comme il est défini actuellement, des conséquences néfastes sur la vie des utilisateurs sont à prévoir.

Formation des chauffeurs de taxi

La formation des chauffeurs de taxi constitue un point très important, puisque les utilisateurs du transport adapté ont besoin que les chauffeurs soient adéquatement formés pour répondre à leurs particularités spécifiques ainsi qu’à leurs conditions de déplacement. Ce projet de loi ne contient aucun article relatif à la formation particulière concernant les chauffeurs de taxi. L’AUTAL demande que la formation des chauffeurs soit revue et bonifiée. Comme nous l’avons déjà demandé, il y a quelque temps, nous réitérons le désir que les chauffeurs obtiennent un certificat de compétence. Nous demandons au ministre Bonnardel qu’une formation spécifique adaptée aux utilisateurs ayant des limitations fonctionnelles soit obligatoire. Cette formation devrait être axée sur les limitations de ceux-ci, sur la procédure d’accueil des usagers ainsi que sur les connaissances des différentes aides à la mobilité, pour ne nommer que ces exemples. Les utilisateurs du transport adapté sont souvent des gens plus vulnérables qui nécessitent une prise en charge et qui par le fait même, demandent que le chauffeur soit en mesure de répondre à ces besoins particuliers, par le biais d’une formation adéquate.

Modulation de la tarification

Nous constatons que si le projet de loi est approuvé dans sa forme actuelle, nous sommes inquiets, de plus, par rapport à la modulation de la tarification. Nous sommes d’avis que si les courses coûtent plus cher, selon certaines variantes, les budgets alloués aux services de transport adapté devraient être bonifiés afin d’absorber la hausse des coûts.

Nous nous questionnons également sur l’application de la modulation des tarifs et de ses conséquences sur les utilisateurs du transport adapté. Qu’est-ce qui nous garantit que les chauffeurs ne vont pas surfacturer un utilisateur qui prend plus de temps à embarquer dans le taxi ou qui a besoin d’assistance?

Sécurité des utilisateurs du transport adapté

Une de nos préoccupations principales est l’enjeu de la sécurité des utilisateurs du transport adapté. Dans ce projet de loi, nous constatons que n’importe quel citoyen respectant quelques règles, peut devenir chauffeur de taxi demain matin, s’il est autorisé et que son véhicule l’est aussi.

Cette réalité nous interpelle à savoir comment le gouvernement peut garantir la protection des usagers. Par exemple, nous constatons que le projet de loi prévoit une étude sur les antécédents judiciaires, mais seulement pour les cinq dernières années. Que se passera-t-il si les chauffeurs de taxi ont déjà eu des antécédents avant ces cinq années? Nous désirons donc que ce projet de loi permette aux utilisateurs du transport adapté de se sentir en pleine sécurité et en confiance dans une voiture de taxi.

Accessibilité des nouvelles technologies

Nous savons bien que la modernisation de l’industrie du taxi passe éventuellement par la mise en place de plusieurs plateformes technologiques comme, par exemple, les applications sur les téléphones intelligents.

Nous sommes en faveur de la modernisation, mais pas à n’importe quel prix! Nous avons des préoccupations par rapport à l’accessibilité des nouvelles technologies. Celles-ci doivent pouvoir être utilisées par toute la population, incluant les personnes vivant avec des limitations fonctionnelles et qui utilisent, par exemple, des lecteurs d’écran. Ces applications doivent être accessibles à tous les utilisateurs, quelle que soit leur condition.

Pour terminer, la position mise de l’avant par l’AUTAL est que le transport adapté ne soit pas affecté par le projet de loi et qu’il puisse continuer d’exister selon les règles et les règlements qui le régissent actuellement.

Nous réclamons donc que le projet de loi 17 soit revu pour que soit inclus le droit au transport adapté pour les utilisateurs, sans pour autant changer ses modalités et son fonctionnement. Le transport adapté constitue un levier important dans la vie des gens ayant des limitations, qui leur permet de s’épanouir, de mener une vie active et de s’intégrer plus facilement à la société.

Si le projet de loi devait inclure des modifications relatives au transport adapté, il y aurait lieu que nos préoccupations, ci-haut décrites dans le texte, soient prises en considération pour permettre de continuer à fournir un système de transport adapté optimal pour tous les utilisateurs, dans le cadre du « transport rémunéré de personnes par automobile ».

À propos de l’AUTAL

Fondée en 1981, l’Association des usagers du transport adapté de Longueuil (AUTAL) est un organisme à but non lucratif qui a pour mission de défendre les droits et de promouvoir les intérêts des utilisateurs du transport adapté offert par le réseau de transport de Longueuil (RTL).

– 30 –

Source : Association des usagers du transport adapté de Longueuil

Renseignement : Martin Morin

Directeur général

Téléphone : 450 646-2224

Courriel : [email protected]

8. RTL : Horaire spécial pour la Journée nationale des patriotes

Longueuil, le 9 mai 2019 – Le Réseau de transport de Longueuil (RTL) rappelle qu’un horaire spécial pour la Journée nationale des patriotes sera en vigueur le lundi 20 mai prochain. Ces modifications d’horaire toucheront l’ensemble des services du RTL.

Le transport régulier se fera selon l’horaire du samedi.

Le RTL à la demande ne sera pas en service le 20 mai. Nous vous invitons à planifier vos déplacements autrement.

Transport adapté

À noter que les déplacements réguliers seront annulés le 20 mai prochain. Il est donc important d’effectuer une demande de déplacement occasionnel afin de se prévaloir d’un service de transport adapté lors de cette période. Le service sera offert selon l’horaire du samedi, c’est-à-dire de 6 h 30 à 1 h.

Taxi collectif

Le taxi collectif sera en service selon l’horaire du samedi pour toutes les lignes.

Service à la clientèle

Le service à la clientèle sera ouvert de 8 h 30 à 16 h 30 pendant ce jour férié. Le comptoir des objets trouvés à la billetterie du terminus Longueuil sera cependant fermé.

À propos du RTL

Le Réseau de transport de Longueuil (RTL) est le principal acteur de la mobilité des personnes sur le territoire des cinq villes de l’agglomération de Longueuil. Troisième société de transport en importance au Québec, le RTL comprend un réseau de 793 kilomètres. Avec quelque 1 200 employés, le RTL est un employeur important et participe ainsi à la vitalité économique de la région. Le RTL est le dixième meilleur employeur au Canada en 2019 selon le magazine Forbes.

Ouvert sur son milieu, il fait partie intégrante de la vie des personnes et de la communauté en apportant des solutions efficaces, novatrices et adaptées aux besoins évolutifs de la clientèle. Le RTL place ainsi l’amélioration de la qualité de vie des citoyens au coeur de son engagement.

30 –

Source : Réseau de transport de Longueuil

Renseignements : Alicia Lymburner

Réseau de transport de Longueuil

450 442-8600, poste 8145

514 242-6868 [email protected]

9. Handicapée visuelle, une octogénaire a eu six jours pour déménager

Article de Marie-Christine Bouchard publié dans La Tribune le 6 mai 2019

La fermeture de la Résidence Treizième Nord, à Sherbrooke, en juin 2018, a brisé des vies. Au moins une en fait. « Le 8 juin 2018, nous avons appris que nous avions six jours pour relocaliser ma mère de 87 ans, qui a un handicap visuel, avant la fermeture de la résidence! Ça nous a causé beaucoup de stress et d’angoisse », se souvient Guylaine Moisan avec énormément d’émotions.

Les trois filles de la dame âgée ont rapidement trouvé un nouveau toit pour leur maman en perte d’autonomie mais encore autonome, à East Angus, où elles connaissaient déjà des résidents et des travailleurs.

Mais pour la dame de 87 ans, ce déménagement soudain a marqué la fin de son autonomie.

« Ma mère était capable d’aller manger seule, malgré son handicap visuel, parce qu’elle avait trouvé des repères pour se déplacer dans la résidence. Elle était aussi capable de prendre son bain seule. Mais en déménageant, elle a perdu tout ça. À 87 ans, ç’a été difficile pour elle de se refaire des repères. Il a fallu avoir de l’aide pour le bain. C’est vraiment triste, parce que la vie de ma mère a complètement changé à cause de cette fermeture », déplore Mme Moisan.

Cet exemple n’est qu’un parmi des centaines d’autres de vies chamboulées par la fermeture précipitée de résidences pour personnes aînées.

C’est pourquoi l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR) invite la population à «signer massivement » une pétition demandant au gouvernement d’adopter des mesures concrètes pour le respect des droits et le maintien des services aux personnes aînées demeurant en résidences pour personnes aînées.

Dans les cinq dernières années, 450 résidences pour aînés ont fermé leurs portes en Estrie. Si certaines fermetures se sont faites dans les règles de l’art, ce n’est certainement pas le cas pour toutes les résidences, comme le montre l’exemple vécu par Mme Moisan.

Car en plus du changement de milieu de vie, il ne faut pas négliger non plus la pression financière qu’une telle situation peut imposer à des aînés vulnérables. Soulignons que la moyenne d’âge dans les résidences privées pour aînés est de 83 ans.

« Le 5 juin, le chèque de 1100 $ à la Résidence Treizième Nord a été encaissé. Pour déménager à East Angus, il a fallu payer 1040 $ supplémentaires, sans oublier les frais de rebranchement pour le téléphone, le coût du déménagement, l’achat de certains meubles… En juin, ma mère a dû payer environ 3000 $ », soutient Mme Moisan.

Une pression financière si énorme que la fille a cherché des recours au nom de sa mère pour récupérer la somme payée en trop à la résidence qui a fermé avec un si court préavis. Les difficultés dans ce genre de dossier sont si nombreuses que plusieurs baissent les bras.

« Quand des résidences doivent fermer et qu’elles ne respectent pas la loi en ce qui concerne le délai d’avis de six mois et les indemnités à verser aux résidents évincés, ça met parfois les résidents dans des situations extrêmement précaires », soutient Isabelle Guérard, coordonnatrice à l’AQDR.

Guylaine Moisan a décidé de se battre pour faire changer les choses. C’est d’elle et de l’AQDR qu’est venue de lancer cette pétition, parrainée par la députée de Sherbrooke Christine Labrie.

L’AQDR a également annoncé lundi la mise sur pied d’un groupe de travail composé de l’Association des locataires de Sherbrooke, du Centre d’assistance et d’accompagnement aux plaintes de l’Estrie, du Centre d’aide aux aînés victimes de maltraitance, de l’Association coopération familiale de l’Estrie et de la travailleuse de milieu à Sercovie. Ces organismes et ces intervenants, grâce à leurs expertises, travailleront de concert pour proposer des solutions afin d’améliorer les conditions de vie des personnes aînées en résidence privée.

Finalement, le Centre d’aide aux aînés victimes de maltraitance (CAAP-Estrie) a aussi annoncé une bonne nouvelle. L’organisme offrira dès le mois de juin un nouveau service d’assistance aux résidents de résidences privées pour aînés dans le règlement de leurs litiges en matière de baux. « C’est une avancée pour nos aînés, qui se trouvaient jusqu’à présent extrêmement démunis et vulnérables lorsqu’ils doivent faire face à des problématiques liées à leur bail », souligne le directeur du CAAP-Estrie, Serge Arel.

La pétition peut être signée sur le site : https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-7741/index.html.

Source : https://www.latribune.ca/actualites/sherbrooke/handicapee-visuelle-une-octogenaire-a-eu-six-jours-pour-demenager-485b47bfde7b644e6f574e1ef9b2c39f

10. Troubles de la vision: pourquoi les femmes sont-elles plus touchées?

Article de l’Association des optométristes du Québec (AOQ) Partenaire de Protégez-Vous Mise en ligne : 06 mai 2019

Cécité, glaucome, DMLA, cataractes: hommes et femmes ne sont pas égaux devant les maladies oculaires.

C’est en mai que l’on souligne la fête des Mères et le mois de la santé visuelle. Le moment est donc tout indiqué pour rappeler aux femmes l’importance de veiller à la santé de leurs yeux.

Les femmes, plus vulnérables aux problèmes oculovisuels

Au Canada, 59% des femmes affirment avoir un trouble de la vision, alors que c’est le cas de 41% des hommes. De plus, saviez-vous que :

Plusieurs facteurs expliquent cette prédominance des maladies des yeux chez les femmes, dont leur espérance de vie plus élevée qui entraîne de nombreux problèmes de vue liés à l’âge.

57% des personnes touchées par la cécité sont des femmes;

les femmes ont deux fois plus de chances de développer la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) que les hommes;

le risque de développer des cataractes ou du glaucome est plus élevé chez les femmes?

Les fluctuations hormonales lors de la grossesse et de la ménopause peuvent également avoir un impact sur la santé des yeux des femmes. Les futures mamans peuvent par exemple développer des troubles de la vision de loin, de la sécheresse oculaire et une intolérance aux lentilles cornéennes. Heureusement, ces changements sont le plus souvent temporaires et prennent fin après la naissance de l’enfant.

Par ailleurs, les femmes sont plus sujettes que les hommes à certaines maladies auto-immunes comme la sclérose en plaques, l’arthrite et le lupus. Ces maladies peuvent entraîner des problèmes visuels, comme la sécheresse oculaire et les brûlures aux yeux.

Enfin, les traitements et médicaments de certaines maladies qui affectent plus les femmes que les hommes, comme l’ostéoporose, ont aussi été identifiés comme ayant des effets secondaires potentiellement néfastes pour la vision.

Bref, les femmes doivent porter une attention toute particulière à la santé de leurs yeux. En ce mois de la santé visuelle, rappelez à votre mère que la meilleure prévention reste l’examen de la vue régulier par un optométriste…

Source : https://www.protegez-vous.ca/partenaires/aoq/troubles-de-la-vision-pourquoi-les-femmes-sont-elles-plus-touchees

11. Microsoft a breveté une manette Samsung capteur 64 compatible avec le braille

Publié par Henri le 9 mai 2019 dans le journaldugeek.com

Malgré de belles avancées ces dernières années, l’accès au jeu vidéo pour les personnes handicapées reste un véritable défi. Microsoft fait pourtant de vrais efforts en ce sens.

La manette adaptive de Microsoft est déjà disponible.

Cela fait un moment que Microsoft fait de véritables efforts afin de rendre le jeu vidéo plus accessible. La Xbox One propose ainsi plusieurs options censées faciliter la vie des handicapés. Il y a quelques mois, la firme présentait d’ailleurs une ingénieuse manette adaptative, censée grandement améliorer l’accès au jeu et à l’environnement Windows 10 grâce à des boutons programmables et des joysticks déportés.

Le World Intellectual Property Office vient de rendre public un brevet déposé par la société l’année dernière. Ce dernier vise une nouvelle fois une grande accessibilité puisqu’il présente une manette compatible avec le braille, le célèbre système d’écriture tactile servant aux personnes aveugles et malvoyantes.

Le design de la manette est assez similaire au périphérique traditionnel, mais on constate la présence d’un bloc (fixé à l’arrière) doté de neuf zones tactiles et de six palettes destinées à l’écriture en braille. Elle est par ailleurs reliée à un afficheur capable de transcrire de l’audio ou du texte dans ce langage. Idéal pour déchiffrer les dialogues d’un jeu ou communiquer avec des amis maîtrisant eux aussi le braille.

Cette dernière fonctionnera avec la Xbox One, mais aussi sur PC et mobile. Il ne s’agit certes que d’un brevet, mais cela montre que de véritables efforts sont faits en ce sens. Le jeu vidéo peut en effet être très bénéfique aux personnes en situation de handicap, à la fois sur le plan moteur et social. On espère donc que ce dispositif verra le jour et ouvrira les portes de cet univers à un public encore plus large.

Source : https://www.journaldugeek.com/2019/05/09/microsoft-a-brevete-manette-samsung-capteur-64-compatible-braille/

12. Un étudiant bruxellois aveugle dénonce le danger des trottinettes électriques sur les trottoirs

Article de Philippe Carlot publié le mai 7 2019

Joey Sakala est étudiant en droit et en sciences politiques à l’ULB. Il est aveugle complet et se déplace seul en rue à l’aide de sa canne blanche. Régulièrement, il entre en collision avec des trottinettes électriques rangées n’importe comment sur les trottoirs. Vendredi, en sortant de chez lui, il avait à peine franchi le seuil de l’immeuble qu’il se prenait les pieds dans une trottinette garée juste devant sa porte.

« Comme si l’utilisateur n’avait vraiment pas pu la mettre ailleurs », peste le jeune homme, qui effectua un vol plané et se blessa à l’épaule et à la main. 

Impossibles à détecter

Si sa canne blanche permet à Joey Sakala de repérer la plupart des obstacles qui se dressent sur sa route, ce n’est pas le cas des trottinettes électriques. Leur manque d’emprise au sol fait qu’elles échappent au balayage de la canne. « Quand je me rends compte de leur présence, il est trop tard, c’est que je suis déjà dessus ». Depuis que ces engins ont fait leur apparition dans l’espace public bruxellois, Joey Sakala ne compte plus les chutes et les incidents, jusqu’à présent bénins. 

Il s’interroge sur les responsabilités en cas d’accident et il déplore la quasi-impossibilité d’entrer en contact avec les opérateurs (tels que Lime) présents sur le marché bruxellois. « Leur sites internet sont parfaitement inaccessibles pour des personnes déficientes visuelles », regrette Joey Sakala. « Je constate également qu’il est quasiment impossible de les contacter. Il faut envoyer un mail à quasi n’importe quel service pour espérer être lu ».

Quelles responsabilités? 

S’il venait à se blesser grièvement, le jeune étudiant ignore vers quel responsable se tourner. Est-ce l’utilisateur qui a rangé la trottinette qui serait responsable du dommage? Est-ce l’opérateur, qui n’aurait pas donné de consignes claires pour que les utilisateurs rangent leur engin de manière à gêner le moins possible? Ou serait-ce la région bruxelloise, qui a certes songé à encadrer les activités de tous ces opérateurs de mobilité partagée mais sans guère se soucier du sort d’une catégorie minoritaire de la population, les personnes aveugles et malvoyantes et celles à mobilité réduite? 

Des questions intéressantes mais en grande partie rhétoriques. Comment, en effet, une personne aveugle qui se blesserait à cause d’une trottinette stationnée sur sa route parviendrait-elle a demander réparation d’un éventuel dommage sans un témoin de l’accident qui puisse lui fournir le nom de l’opérateur, l’endroit où l’engin était stationné et soit disposé à témoigner? 

Joey Sakala est en tout cas bien décidé à interpeller les autorités bruxelloises à ce propos

Source : https://www.rtbf.be/info/regions/bruxelles/detail_un-etudiant-bruxellois-aveugle-denonce-le-danger-des-trottinettes-electriques-sur-les-trottoirs?id=10214425

13. Montréal investit 1,7 milliards $ dans l’entretien et l’amélioration du réseau du métro

Communiqué de la Ville de Montréal – Cabinet de la mairesse et du comité exécutif

MONTRÉAL, le 2 mai 2019 /CNW Telbec/ – Éric Alan Caldwell, responsable de l’urbanisme, du transport et de l’Office de consultation publique de Montréal au sein du comité exécutif, a annoncé lors de la séance du comité exécutif cette semaine, l’autorisation de quatre règlements d’emprunt pour un total de plus de 1,7 milliards $ afin de mettre à niveau les infrastructures et les équipements fixes du métro, et de poursuivre le déploiement des mesures d’accessibilité universelle. Ces investissements majeurs, qui s’échelonneront de 2020 à 2025, permettront d’améliorer de manière significative l’expérience client, de réduire le déficit d’entretien et d’améliorer la fiabilité du service.

« Le développement d’un réseau de transport collectif efficace et fiable est essentiel si l’on souhaite prendre un véritable virage vers la mobilité durable et offrir une alternative viable à l’auto solo. Ce développement, afin d’être cohérent et pérenne, doit prendre appui sur un réseau existant solide. Il est donc impératif d’investir dans nos équipements et nos infrastructures afin de diminuer le déficit d’entretien, et ainsi offrir un service de qualité aux usagers », a mentionné Éric Alan Caldwell.

Les travaux réalisés grâce à ces règlements d’emprunt dans le cadre des programmes Réno-Infrastructures (500 M $) et Réno-Systèmes (800 M $) permettront à la STM de contribuer à l’amélioration de l’expérience client en réduisant le déficit d’entretien des actifs, en modernisant et en mettant aux normes les infrastructures et les équipements fixes, en améliorant la fiabilité du service et en intégrant l’approche de développement durable dans les façons de faire et les pratiques. Le règlement d’emprunt autorisé dans le cadre du programme Accessibilité métro (320 M $) permettra quant à lui d’améliorer l’accessibilité physique des infrastructures de la STM, de faciliter les déplacements verticaux, de fidéliser davantage la  clientèle et d’améliorer l’accessibilité universelle dans douze stations de métro. Un quatrième règlement d’emprunt (80 M $) permettra finalement de réaliser les travaux nécessaires à la conversion et la mise à niveau de trois postes de distribution électriques alimentant les infrastructures de la STM.

« Le réseau de métro compte des équipements fixes qui sont vitaux à son exploitation et qui constituent un patrimoine imposant, dont la valeur de remplacement est évaluée à 6,6 G$. Le remplacement des infrastructures du métro actuel est, quant à lui, évalué à 12,6 G$. Les programmes Réno-Systèmes et Réno-Infrastructures visent le remplacement de ces équipements et la réfection des infrastructures en fin de vie utile de façon préventive et planifiée afin de maintenir leur fiabilité et leur sécurité », a expliqué le directeur général de la STM, Luc Tremblay.

« Nous allons synchroniser ces programmes pour assurer la cohérence des interventions dans le milieu exploité et pour minimiser les impacts des travaux sur la clientèle. Nous visons, notamment, offrir une meilleure expérience de déplacement grâce à une accessibilité améliorée du réseau avec 12 nouvelles stations munies d’ascenseurs », a ajouté le président du conseil d’administration de la STM, Philippe Schnobb.

Pour plus d’information sur les travaux effectués dans le cadre ces programmes, consultez le site de la STM.

Source : https://www.newswire.ca/fr/news-releases/montreal-investit-1-7-milliards-dans-l-entretien-et-l-amelioration-du-reseau-du-metro-803704838.html

14. Invitation de l’ARTM : Séance publique d’information sur la refonte tarifaire

Nos experts discutent avec vous de la tarification des services de transport collectif dans la région

L’ARTM a le plaisir de vous convier à une séance publique d’information sur la démarche de la refonte tarifaire et sur les grands thèmes explorés sur la plateforme «?Parlons tarification?». Les citoyens et citoyennes auront l’occasion d’échanger avec les experts de l’ARTM sur les questions abordées dans la démarche de la refonte tarifaire en cours et d’en savoir davantage sur les différents moments de consultation qui auront lieu au cours de l’année.

Lancée récemment, la plateforme Web «?Parlons tarification?» présente à la population un portrait global des systèmes de tarification des services de transport en commun mis en place ici et ailleurs. La plateforme couvre plusieurs thématiques, comme la mobilité intégrée, les éléments du système tarifaire et l’application de la technologie au service de la mobilité. Elle constitue la première de trois étapes qui mèneront à l’entrée en vigueur du Plan de refonte tarifaire du transport collectif.

Quand?? Le 21 mai 2019, de 18 h à 20 h

Où?? À la Maison du développement durable, salle Sainte-Catherine 50, rue Sainte-Catherine Ouest, Montréal Comment s’y rendre?? Métro Place-des-Arts Accessibilité : La Maison du développement durable est accessible. Les stations de métro accessibles les plus près sont les stations Place-d’Armes et Berri-UQAM.

Si vous avez besoin d’assistance, merci de communiquer avec nous au 514 409-2786, poste 7422, ou par courriel à l’adresse [email protected].

Interprète LSQ offert sur demande. Merci d’en faire la demande avant le 14 mai.

Collations et rafraîchissements seront servis.

Inscription obligatoire.

Pour vous inscrire, téléphonez au 514 409-2786, poste 7422.

15. Pétition du RCLALQ pour appuyer la «Campagne Justice pour les locataires! Réformons la Régie du logement »

Dépôt du projet de loi 16

Le 3 avril dernier, la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation Mme Andrée Laforest a tenu un point de presse pour le dépôt du Projet de loi n°16. Bien que ce projet de loi propose certaines modifications intéressantes à la Régie du logement et qu’il soit accompagné d’un financement supplémentaire pour engager plus de juges et ouvrir un nouveau bureau à Montréal, nous sommes encore très loin de la réforme que nous réclamons. De plus, ce projet de loi contient aussi des éléments inquiétants comme une plus grande utilisation de la visioconférence et de la conciliation ainsi que de nouvelles mesures juridiques pouvant complexifier l’accès à la justice pour les locataires non-représentéEs par unE avocatE.

Pétition

Dans ce contexte, il est plus que nécessaire de réclamer une vraie réforme de la Régie pour rendre le tribunal juste et accessible pour les locataires. Pour ce faire, nous demandons votre aide pour faire signer la pétition demandant une réforme de la Régie du logement

Nous avons récolté jusqu’à maintenant plus de 8250 signatures de la pétition (en format papier et en ligne) pour réclamer notre réforme de la Régie du logement. Nous aimerions beaucoup faire passer ce nombre à 10 000 d’ici la fin du mois. Pour ce faire, nous demandons votre aide pour faire signer la pétition dans vos réseaux, que ce soit en format papier ou en ligne. Nous devons démontrer à la ministre Laforest que les modifications qu’elle propose sont insuffisantes et qu’elle doit s’attaquer directement aux nombreuses injustices vécues par les locataires.

À noter: Nous avons besoin que les pétitions en format papier nous soient retournées (préférablement par la poste ou par le biais d’un de nos groupes membres) d’ici le 16 mai 2019.

De notre part ainsi que de la part de touTEs les locataires du Québec, merci beaucoup de votre appui.

Signez la PÉTITION pour demander une réforme de la Régie du logement !

Source :

Philippe Girouard

Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec
514-521-7114
1-866-521-7114

www.rclalq.qc.ca

6839 Drolet, local 302, Montréal (Qc) H2S 2T1