Accessibilité

Écho du RAAMM pour la période du 27 mai au 2 juin

Voici le contenu de l’Écho du RAAMM pour la période du 27 mai au 2 juin 2019.

Prenez connaissance des dernières actualités du RAAMM, des communiqués de nos partenaires et d’articles portant sur la déficience visuelle publiés dans les médias.
Sommaire

1. Convocation à la trente-neuvième assemblée générale annuelle du Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain

Montréal, le 18 mai 2019

Objet : Convocation à la trente-neuvième assemblée générale annuelle

Madame, Monsieur,

En ma qualité de Président du Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain (RAAMM), j’ai le plaisir de vous convoquer à la trente-neuvième assemblée générale annuelle de notre association. Cette assemblée se tiendra le mercredi 12 juin 2019, de 18 h 00 à 21 h 00, à la salle Berthe Rhéaume du RAAMM située au 5225 rue Berri, Montréal, bureau 100, à deux pas du métro Laurier.

À cette assemblée, nous vous présenterons le rapport d’activités et les états financiers pour l’exercice 2018-2019. De plus, vous aurez l’opportunité de vous exprimer sur le plan d’action pour la prochaine année.

Enfin, l’assemblée procèdera à l’élection de trois (3) membres du conseil d’administration du RAAMM ainsi qu’au choix d’un Président pour l’année 2019-2020.

À noter que les administrateurs sortants sont Jean-Marie D’Amour, Anne Jarry et Suzanne Lalumière. Restent en poste pour une année supplémentaire, Serge Boudreau et Tania Roy.

En raison de l’heure de l’assemblée générale, il vous sera possible de souper au RAAMM. En effet, pour les personnes qui le désirent, à compter de 17h00 des boîtes à lunch seront disponibles pour la modique somme de 10$. Cependant, seules les personnes qui auront réservé leurs repas avant le 7 juin pourront obtenir une boîte à lunch.

Nous vous demandons de bien vouloir confirmer votre présence et indiquer dans quel format vous souhaitez obtenir les documents relatifs à cette assemblée, en communiquant avec madame Anna Gluhenicaia, par téléphone au 514-277-4401, poste 111, ou par courriel à [email protected] au plus tard le 5 juin 2019. Les formats disponibles sont : l’imprimé régulier, l’imprimé en gros caractères, le braille, le CD ou la version électronique par courriel. Veuillez prendre note que le jour de l’assemblée, seul l’ordre du jour sera disponible sur place. Vous êtes donc responsables d’apporter les documents que vous jugerez pertinents. Afin de participer à cette réunion et pouvoir vous prononcer, nous vous rappelons qu’il est essentiel d’être membre en règle de notre organisme.

Si vous avez besoin d’assistance à partir de la sortie du métro Laurier, prière de contacter Martine Grenier au (514) 277-4401, poste 115 et laissez vos coordonnées dans la boîte vocale du Service d’Aide Bénévole.

Finalement, prenez note que l’assemblée débute à 18 h 00 et que l’inscription se fera à compter de 16 h 30 et que pour les gens qui viennent en transport adapté l’heure de retour devrait être demandée pour 21 h 00.

Espérant avoir le plaisir de vous rencontrer lors de cette assemblée, recevez, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations cordiales.

Jean-Marie D’Amour, Président

p. j. Ordre du jour

2. Ordre du jour Assemblée générale annuelle du RAAMM

Assemblée générale annuelle

mercredi 12 juin 2019, de 18 h 00 à 21 h 00

Au Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain (RAAMM)

5225, rue Berri, local 100, Montréal (métro Laurier)

Ordre du jour

18 h 00 : 1) Mot de bienvenue, présences, vérification du quorum et ouverture de l’assemblée

18 h 10 : 2) Nomination à la présidence et au secrétariat de l’assemblée

18 h 15 : 3) Adoption de l’ordre du jour

18 h 20 : 4) Adoption du procès-verbal de l’assemblée générale annuelle du 13 juin 2018

18 h 30 : 5) Présentation et adoption du rapport d’activités 2018/2019

19 h 00 : 6) Présentation et adoption des états financiers vérifiés 2018/2019

19 h 10 : 7) Présentation des prévisions budgétaires 2019/2020

19 h 20 : 8) Nomination des auditeurs indépendants pour 2019/2020

19 h 30 : PAUSE

19 h 45 : 9) Affiliation du RAAMM au RAAQ

19 h 50 : 10) Présentation et adoption du plan d’action 2019/2020

20 h 15 : 11) Élections :

11.1) Nomination d’un président, d’un secrétaire et de 2 scrutateurs

11.2) Élection de trois administrateurs

11.3) Élection à la Présidence du RAAMM

20 h 40 : 12) Varia

20 h 55 : 13) Mot de la fin et levée de l’assemblée

3. Louis Alary, chansonnier, en dîner–spectacle au RAAMM

C’est pour célébrer l’arrivée imminente de l’été que l’équipe du RAAMM a le plaisir de vous inviter à un dîner-spectacle le mardi 4 juin.

Louis Alary, chansonnier, présentera un répertoire de chansons québécoises des années 80 à aujourd’hui. Animateur et chanteur d’expérience et véritable caméléon qui sait s’adapter à tous les types de publics, il vous invite à passer un bon moment en musique!

Louis Alary est également coorganisateur depuis 8 ans de la Fête nationale au parc Laurier.

Le spectacle sera suivi d’un délicieux repas froid. Les membres qui le désirent peuvent apporter leur vin ou bière pour le dîner.

Date : mardi 4 juin, de 10h à 13h30

Coût : 15$

Date limite d’inscription : mercredi 29 mai

Lieu : RAAMM, 5225, rue Berri, salle Berthe-Rhéaume, local 100, à proximité de la station de métro Laurier.

 

Inscription obligatoire auprès d’Anna au 514-277-4401, poste 111, ou par courriel à [email protected] .

4. Rencontre « On jase technologie» au RAAMM vendredi 7 juin, de 14h à 17h

C’est dans une ambiance décontractée que le RAAMM vous invite à venir «jaser techno ».

Le vendredi 7 juin prochain vos animateurs, Anne Jarry et André Vincent, aborderont le thème «Accès à la radio via les appareils intelligents et le Victor Stream».

Que vous soyez un passionné de technologies ou plutôt novice dans leur utilisation, cette activité est pour vous! Venez poser vos questions, échanger et partager vos trucs avec nous.

Pour ceux et celles qui désirent poursuivre la discussion en formule 5 à 7, il vous sera possible d’apporter votre lunch ou de vous commander un repas. Des boissons gazeuses, de la bière et du vin seront vendus sur place après 17 h.

Date : vendredi 7 juin 2019, de 14h à 17h

Thème : Accès à la radio via les appareils intelligents et le Victor Stream

Animateurs : Anne Jarry et André Vincent

Coût : gratuit

Date limite d’inscription : mercredi 5 juin

La participation de 5 personnes minimum est requise pour la tenue de cette activité.

Pour vous inscrire, communiquez avec Anna Gluhenicaia au 514-277-4401, poste 111, ou par courriel à [email protected] .

Cette activité est offerte au RAAMM, salle Berthe-Rhéaume (5225, rue Berri, local 100), à proximité de la station de métro Laurier.

5. Invitation à participer à l’atelier d’art plastique «Recyclons nos bouteilles en plastique» au RAAMM

Date : le lundi 10 juin, de 13 h à 16 h

Description : Venez explorer les multiples facettes de l’artisanat et du recyclage au cours de cette rencontre de création à partir de bouteilles en plastique. Si vous aimez travailler manuellement, ne manquez pas cette activité. Le matériel est fourni par le RAAMM.

Animatrice : Anita Dedobbeleer

Coût : 5 $

Date limite d’inscription : lundi 3 juin

La participation de 8 personnes minimum est requise pour la tenue de cette activité.

Inscription obligatoire auprès d’Anna au 514-277-4401, poste 111, ou par courriel à [email protected].

Notez que l’atelier d’art plastique sur le recyclage de CD prévu le 17 juin est annulé. Nous reprendrons cette activité à l’automne.

6. Lettre du RAAQ à la Secrétaire de la Commission des transports et de l’environnement

Regroupement des aveugles et amblyopes du Québec

Montréal, le 9 mai 2019

Commission des transports et de l’environnement

À l’attention de Madame Louisette Cameron, secrétaire
Édifice Pamphile-Le May
1035, rue des Parlementaires
3e étage, Bureau 3.15
Québec (Québec)  G1A 1A3
Téléphone : 418 643-2722
Télécopieur : 418 643-0248
Courriel :
[email protected]

 

Objet : Projet de loi concernant le transport rémunéré de personnes par automobile : l’accès à l’information doit être prioritaire

Madame la Secrétaire,

Le Regroupement des aveugles et amblyopes du Québec (RAAQ) est une fédération composée de 16 organismes, dont 12 associations régionales représentant les 450000 personnes ayant une déficience visuelle partout au Québec. À ce titre, le projet de loi sur le transport rémunéré de personnes par automobile préoccupe grandement les personnes que nous représentons. D’emblée, nous soulignons l’importante contribution de la Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec (COPHAN) sur cette question, par leur mémoire ainsi que leur présence à la commission parlementaire chargée d’étudier ce projet de loi. Dans ce document, nous souhaitons intervenir spécifiquement sur l’accès à l’information, un champ d’expertise important que nous avons développé et qui impacte grandement les personnes aveugles et malvoyantes. Dans le cas qui nous occupe, nous tenons à souligner un principe essentiel : durant toute la chaîne de son déplacement, l’usager utilisant les services de transport rémunéré de personnes par automobile doit avoir accès à toute l’information disponible. La loi sur le transport rémunéré de personnes par automobile doit prévoir des balises claires en ce sens.

Communication et médias substituts

L’ensemble de l’information disponible doit être formulée dans un langage clair. De plus, certaines informations doivent être fournies en langage simplifié pour les personnes présentant des troubles cognitifs. Finalement, lorsque les documents sont offerts en format imprimé, des médias substituts (audio, texte électronique, braille, gros caractères) doivent être offerts.

Plateformes Web et applications

Le virage numérique qui frappe actuellement l’industrie du transport rémunéré de personnes par automobile exclut plusieurs personnes en situation de handicap. En effet, beaucoup de plateformes Web et d’applications ne respectent pas les standards d’accessibilité du Web. N’oublions pas que ces standards permettent aux personnes qui ont des limitations visuelles, auditives, motrices ou cognitives de naviguer sur le Web ou d’utiliser des applications. Ils permettent aussi de faciliter l’utilisation du Web et des applications par les personnes vieillissantes, les personnes ayant un faible niveau de lecture, les personnes dont la langue maternelle n’est pas la langue utilisée sur la page Web et les personnes peu expérimentées à l’utilisation du Web.

Devant l’importance de permettre à l’ensemble de la population d’utiliser les services de transport rémunéré de personnes par automobile, il est essentiel de soumettre l’industrie à des standards d’accessibilité du Web. Les Web Content Accessibility Guideline (WCAG) 2,1 niveau AA (WCAG 2.1, en anglais ) sont le choix le plus approprié. Les WCAG 2,0 (WCAG 2.0, en français) niveau AA sont utilisés par les gouvernements québécois, canadien et américain. Nous demandons à l’industrie de se conformer à la version 2.1 puisque celle-ci s’attarde davantage sur les sites et les applications mobiles, des outils technologiques très utilisés par les compagnies de transport.

Partage de l’information

Non seulement le client doit avoir accès à l’information diffusée par le transporteur, mais il doit aussi être en mesure de lui transmettre certaines informations. En effet, il nous semble plus que pertinent qu’il puisse transmettre à une compagnie des informations sur sa situation et ses besoins en accommodement. Cela permettra par exemple à une personne en situation de handicap de mentionner si elle a besoin de se faire accompagner de sa porte jusqu’au véhicule.

L’importance d’une offre de service téléphonique

Les plateformes numériques prennent de plus en plus de place dans l’industrie du transport rémunéré par automobile, excluant ainsi certaines personnes. En effet, ce n’est pas tout le monde qui est apte à utiliser de nouvelles technologies comme les téléphones intelligents et leurs applications. Ajoutons que beaucoup de gens ne sont pas en mesure de s’offrir un forfait incluant des données cellulaires. Pour être en mesure de fournir du support lorsqu’il y a des problèmes, l’ensemble des transporteurs doivent offrir un service à la clientèle et un service de traitement des plaintes par téléphone. Ce service téléphonique doit être en fonction aussi longtemps que des véhicules de la compagnie sont en activité.

Les compagnies de taxi doivent quant à elles offrir l’ensemble de leurs services à travers un système téléphonique. Cela permettra de répondre aux besoins de l’ensemble de la population, y compris ceux qui n’ont pas accès à Internet.

Recommandations
S’assurer que la Loi concernant le transport rémunéré de personnes par automobile ou les règlements s’y rattachant :

  • Exige que l’ensemble de l’information disponible soit formulée dans un langage clair.
  • Oblige les transporteurs à offrir en langage simplifié : les mesures d’identification du chauffeur et du véhicule, les mesures permettant au passager d’assurer sa sécurité, les informations pour comprendre la tarification dynamique, les informations nécessaires pour utiliser les services et les mesures de rétroaction.
  • Oblige les transporteurs à rendre l’information disponible en médias substituts pour toutes les informations diffusées sur papier.
  • Établisse les WCAG 2,1 niveau AA comme standard obligatoire dans l’industrie du transport rémunéré de personnes par automobile.
  • Oblige les transporteurs à mettre en place une plateforme de communication permettant aux personnes en situation de handicap d’exprimer leurs besoins en accommodement. 
  • Oblige l’ensemble des transporteurs à offrir un service à la clientèle et de traitement des plaintes par téléphone. Tant que des véhicules de la compagnie sont en fonction, le service téléphonique doit aussi être disponible.
  • Oblige les compagnies de taxi à offrir l’ensemble de leurs services par téléphone.
  • Prenne en considération l’importance des tests utilisateurs pour s’assurer de l’utilisabilité des plateformes numériques.

Nous espérons que ces recommandations permettront de bonifier le projet de loi, de sorte que les personnes ayant des limitations fonctionnelles soient en mesure de se déplacer en toute sécurité et en ayant en main toute l’information. Nous comprenons qu’il s’agit ici d’un enjeu complexe. Si vous le désirez, n’hésitez pas à nous contacter. Nous pourrons vous donner davantage d’informations concernant l’accessibilité du Web et des applications.

Veuillez agréer, Madame la Secrétaire, l’expression de nos sentiments distingués,

Francine David, présidente du RAAQ

3958 rue Dandurand
Montréal, Qc, H1X 1P7
Cellulaire : 438-393-7859
Courriel : [email protected]
Site Web : www.raaq.qc.ca

7. Communiqué du RUTA de Montréal et d’Ex Aequo concernant la fin des consultations de la Commission sur le transport et l’environnement sur le projet de loi 17

Montréal, le 22 mai 2019 – Fin des consultations sur le projet de Loi 17: le ministre Bonnardel, intraitable, ne rassure personne !

Ex aequo et le Regroupement des usagers du transport adapté et accessible de l’île de Montréal (RUTA de Montréal), au nom de la Table de concertation sur l’accessibilité universelle des transports collectifs de l’île de Montréal, ont déposé un mémoire dans le cadre des consultations sur le projet de Loi concernant le transport rémunéré de personnes par automobile. Ces consultations se sont déroulées devant la Commission des transports et de l’environnement de l’Assemblée nationale du Québec, du 10 avril au 13 mai dernier.

Dans ce mémoire, nous déplorions notamment l’absence de dispositions concernant le transport des personnes en situation de handicap, la menace que fait peser cette Loi sur la disponibilité des chauffeurs et la qualité des services, de même que les impacts prévisibles de la tarification dynamique sur les coûts de déplacement.

Une inquiétude partagée

Sur les 47 mémoires déposés, 24 soulignent l’absence de mesures structurantes permettant d’encadrer le transport des personnes en situation de handicap et demandent que la Loi sur le transport rémunéré de personnes par automobile intègre de telles dispositions. Parmi ces mémoires, notons des interventions de la Fédération des chambres du commerce du Québec, de Trajectoire Québec, de l’Association du transport urbain du Québec, de même que de la Commission des droits de la personne et de droits la jeunesse, pour ne nommer que ceux-là.

Pour des raisons qui leur sont propres, allant du développement économique au respect des droits fondamentaux protégés par la Charte, tous ces groupes ont fait leur notre revendication pour l’accès à des services de transports de qualité pour les personnes en situation de handicap. Malgré, donc, des d’appels en ce sens de plus de la moitié des intervenants entendus en commission parlementaire, le ministre des transports M. François Bonnardel, ne s’est toujours pas engagé à inscrire dans la Loi des dispositions garantissant la pérennité et le développement structuré du transport adapté.

Dans ce contexte, nous demandons au premier ministre, M. François Legault, d’intervenir urgemment afin que la Loi prévoie des leviers solides assurant aux personnes en situation de handicap l’accès à des services de transport rémunéré par automobile et que les transporteurs, responsables du service de transport adapté, puissent poursuivre le développement de liens d’affaires avec l’industrie du taxi

Source et informations :

Serge Poulin, directeur général, RUTA de Montréal, 514 255-0765

Marie Turcotte, directrice générale, Ex aequo, 514 288-3852

 

Regroupement des usagers du transport adapté et accessible de l’île de Montréal

Fondé en 1980, le RUTA Montréal représente et défend les droits individuels et collectifs des usagers en situation de handicap du transport collectif montréalais. Œuvrant dans le réseau de transport adapté et régulier, le RUTA Montréal favorise l’accessibilité universelle dans tous ses dossiers et s’assure que tous les moyens sont mis en œuvre pour que les personnes en situation de handicap puissent se déplacer en transport collectif.

Ex aequo

Également fondé en 1980, Ex aequo, membre actif de la Table de concertation sur l’accessibilité universelle des transports collectifs de l’île de Montréal, est un organisme montréalais qui se consacre à la promotion et à la défense des droits des personnes ayant une déficience motrice. Il couvre les thématiques suivantes : transport, vie municipale, santé et services sociaux, habitation et démocratie.

8. Le transport adapté, un service essentiel pour une vie active

Chronique de Julie Surprenant publié dans les pages Opinion du Courrier du Sud le 21 mai 2019

Savez-vous ce qu’est le transport adapté? Pour certaines personnes, celui-ci se définit seulement par du transport médical; pour d’autres, il est destiné seulement aux personnes en fauteuil roulant. Mais en vérité, il s’agit d’un service de transport collectif qui répond à un objectif bien précis, soit de promouvoir l’accessibilité universelle.

Il s’adresse aux personnes vivant avec des limitations fonctionnelles reconnues par un professionnel de la santé pour leurs déplacements quotidiens. Sachez que nous retrouvons plusieurs catégories d’utilisateurs, comme par exemple des étudiants et des travailleurs.

Ce service en est un de porte-à-porte, ce qui signifie qu’il y a une prise en charge des utilisateurs.

Le transport adapté fonctionne seulement sur réservation.

Bien sûr, le transport adapté permet aux utilisateurs de pouvoir assister à leurs rendez-vous médicaux, mais il est utilisé à beaucoup d’autres fins: pour aller au travail, à l’université, à l’épicerie, chez le médecin, au centre d’achat, aux loisirs, etc.

Les possibilités sont nombreuses et permettent aux usagers de pouvoir vivre leur vie de façon autonome. Le but premier du transport adapté est de favoriser la vie personnelle, professionnelle, sociale et économique des utilisateurs.

Si vous êtes éligible et désirez profiter du transport adapté, procurez-vous le formulaire requis auprès du transporteur en commun de votre municipalité. Ce formulaire devra être attesté par un professionnel de la santé.

Julie Surprenant, Association des usagers du transport adapté de Longueuil Rens.: [email protected].

Source : https://www.lecourrierdusud.ca/opinion/chronique/le-transport-adapte-un-service-essentiel-pour-une-vie-active/

9. AUTAL : Invitation à participer à une rencontre d’échanges et d’informations avec le RTL ainsi que l’AUTAL

Bonjour chers membres,

Vous êtes cordialement invités à participer à une rencontre d’échanges et d’informations avec le RTL ainsi que l’AUTAL.

  • Date : le mercredi 12 juin 2019;
  • Endroit : à la salle 101 du Foyer Saint-Antoine situé au 150, rue Grant à Longueuil;
  • Accueil : 13 h 30
  • Heure de la rencontre : de 14 h à 16 h;
  • Coût : gratuit.

La rencontre se déroulera de la façon suivante :

  • Accueil : de 13 h 30 à 14 h;
  • Présentation des nouveautés concernant le transport adapté par madame Dominique Authier, cheffe du transport adapté et du taxi collectif ainsi que messieurs Sylvain Chassé, superviseur administratif du transport adapté et du taxi collectif et Alejandro Ochoa, superviseur opération du transport adapté et du taxi collectif.

Cette présentation sera suivie d’une période d’échanges et de questions : de 14 h à 14 h 45;

  • Pause : de 14 h 45 à 15 h.

Consommation et biscuits servis sur place;

  • Présentation de la permanence de l’AUTAL et échanges de divers sujets en lien avec le transport adapté : 15 h à 16 h.

Veuillez, s’il vous plaît, confirmer votre présence en communiquant avec madame Julie Surprenant, adjointe administrative, par téléphone au 450 646-2224, ou par courriel à [email protected] au plus tard le 7 juin 2019 avant 16 h 30. Veuillez prendre note que madame Julie Surprenant travaille le mardi, mercredi et jeudi, de 9  h  à 16 h 30.

Au plaisir de vous rencontrer!

Martin Morin

Directeur général

Association des usagers du transport adapté de Longueuil 150, rue Grant, bureau 118 Longueuil (Québec) J4H 3H6

Téléphone : 450 646-2224

Courriel : [email protected]

Source : Info-membre AUTAL, 22 mai 2019

10. Le gouvernement du Canada investit dans l’enseignement de compétences numériques aux Canadiens qui en ont le plus besoin

Nouvelles fournies par Innovation, Sciences et Développement économique Canada  le 21 mai 2019

 

L’investissement sera avantageux pour les Canadiens qui ont besoin d’une formation de base en matière numérique.

KAMLOOPS, BC, le 21 mai 2019 /CNW/ – Les compétences numériques permettent aux Canadiens d’avoir accès à tout un monde de possibilités. Tous les Canadiens devraient posséder les compétences nécessaires pour se brancher à Internet et utiliser efficacement et en toute sécurité des ordinateurs et des appareils mobiles afin de mener des activités en ligne. Le gouvernement du Canada met en œuvre des initiatives afin que personne ne soit laissé pour compte dans un monde où l’économie numérique prend de plus en plus de place.

La présidente du Conseil du Trésor et ministre du Gouvernement numérique, l’honorable Joyce Murray, a annoncé aujourd’hui, au nom du ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, l’honorable Navdeep Bains, un investissement de 1,3 million de dollars dans l’initiative Branché sur la technologie de l’Institut national canadien pour les aveugles (INCA). Ce programme permettra de fournir de la formation de base en compétences numériques à des personnes en Colombie-Britannique, ainsi qu’ailleurs au pays.

L’initiative Branché sur la technologie d’INCA s’adressera à quelque 750 aînés aveugles ou ayant une cécité partielle. Ces personnes recevront de la formation en matière numérique et auront accès à des technologies d’assistance.

Cet investissement est effectué par l’entremise du Programme d’échange en matière de littératie numérique, un programme de 29,5 millions de dollars soutenant les initiatives de formation en compétences numériques destinées aux personnes qui sont les plus à risque d’être laissées pour compte en raison de l’essor rapide de l’adoption des technologies numériques : les aînés, les personnes handicapées, les nouveaux arrivants au Canada, les Autochtones, les Canadiens à faible revenu, et les habitants de collectivités nordiques et rurales.

Le programme s’inscrit dans le Plan pour l’innovation et les compétences, la stratégie pluriannuelle du gouvernement visant à créer de bons emplois et à faire en sorte que les Canadiens aient les compétences nécessaires pour réussir.

« La révolution numérique doit profiter à tous les Canadiens, et non seulement aux jeunes ou aux résidents des grandes villes. Notre gouvernement a établi le Programme d’échange en matière de littératie numérique pour appuyer des organismes qui, comme l’Institut national canadien pour les aveugles, offrent de la formation en matière de compétences numériques à ceux qui en ont le plus besoin. » – Le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, l’honorable Navdeep Bains

« Les compétences numériques revêtent de plus en plus d’importance chaque jour, que ce soit pour prendre un rendez-vous médical, effectuer des transactions bancaires en toute sécurité, étudier ou chercher un emploi. C’est dans cet esprit que le Programme d’échange en matière de littératie numérique permet au gouvernement de soutenir les efforts de l’Institut national canadien pour les aveugles visant à fournir de la formation sur l’accessibilité à l’aide de technologies numériques à des personnes ayant une déficience visuelle. » – La présidente du Conseil du Trésor et ministre du Gouvernement numérique, l’honorable Joyce Murray 

« L’initiative Branché sur la technologie d’INCA, qui a récemment obtenu des fonds par l’entremise du Programme d’échange en matière de littératie numérique du gouvernement fédéral, offrira de la formation aux Britanno-Colombiens, aux Manitobains et aux Néo-Écossais touchés par une perte de vision. Ces fonds nous permettront d’approfondir les connaissances dans le domaine du numérique au sein de notre communauté. » – La directrice générale de la Fondation INCA pour la Colombie-Britannique et le Yukon, Jennifer Yankanna

Les faits en bref

  • Le Programme d’échange en matière de littératie numérique est inclusif, puisqu’il cible tous ceux qui n’utilisent pas Internet ou qui apprennent comment se servir des technologies numériques. Il peut s’agir d’aînés, de personnes handicapées, de nouveaux arrivants au Canada, de Canadiens à faible revenu, de membres de groupes linguistiques en situation minoritaire, d’Autochtones, de personnes qui n’ont pas terminé leurs études secondaires et d’habitants de collectivités nordiques et rurales.
  • INCA fournira de la formation en matière de compétences numériques en organisant des ateliers pleinement accessibles, où des technologies d’assistance seront à la disposition des personnes aveugles ou ayant une cécité partielle.
  • Le financement des projets couvre la période de 2018-2019 à 2021-2022.

SOURCE : Innovation, Sciences et Développement économique Canada

https://www.newswire.ca/news-releases/le-gouvernement-du-canada-investit-dans-l-enseignement-de-competences-numeriques-aux-canadiens-qui-en-ont-le-plus-besoin-890526667.html

11. Train léger à Ottawa : des personnes non voyantes veulent être bien préparées

Article publié le 19 nai 2019 sur Ici Radio-Canada Ottawa-Gatineau

Des militants pour les droits des personnes aux prises avec une déficience visuelle souhaitent que la Ville d’Ottawa leur donne assez de temps pour se préparer à voyager à bord des trains de la ligne de la Confédération de l’O-Train en toute sécurité.

Lorne Neufeldt, qui utilise les services d’OC Transpo avec son chien guide Herbie, s’inquiète du fait que la Ville n’ait toujours pas annoncé une date précise où des professionnels de l’accessibilité pourront se familiariser avec les stations et les trains de la future ligne.

Nous ne savons pas ce dans quoi nous nous embarquons. Ils ne nous donnent pas assez de temps. Ils parlent de nous ouvrir les portes seulement pendant une ou deux journées avant l’ouverture au grand public, a-t-il dit.

M. Neufeldt, qui travaille auprès du Conseil canadien des aveugles, a affirmé que les entraîneurs de chiens guides et autres professionnels du milieu doivent avoir du temps pour se déplacer à Ottawa afin d’évaluer la situation.

Ils vont nous montrer où nous devons nous tenir, dans quel wagon nous devons monter, les meilleurs axes de déplacement et comment bien entraîner nos chiens, a-t-il expliqué.

« Accès préalable requis »

Le directeur pour la branche de l’Est ontarien de l’Institut national canadien pour les aveugles, Duane Morgan, a affirmé que son organisme demande toujours à la Ville d’avoir un accès préalable.

Cela permettrait à des spécialistes de l’orientation et de la mobilité d’évaluer s’il y a des problèmes dans les stations de la ligne de la Confédération de l’O-Train. De cette façon, nous allons pouvoir donner de la rétroaction sur certains changements qui pourraient être faits.

Bien que l’ouverture de la ligne de la Confédération eut été confrontée à plusieurs retards, M. Morgan souhaite que la Ville d’Ottawa prenne le temps de régler les problèmes potentiellement soulevés pendant les essais.

L’Institut a milité pour la mise en place de messages sonores, de texte de grande police et de planchers texturés pour mieux répondre aux besoins d’accessibilité. M. Morgan ne sait toutefois pas dans quelle mesure la Ville a mis en place ces recommandations.

Dates à déterminer

Dans une déclaration écrite, OC Transpo indique que des séances de familiarisation sont prévues pour les clients qui présentent des besoins particuliers, notamment les personnes aux prises avec une déficience visuelle.

Les dates de ces séances seront précisées une fois que le constructeur, le groupe de transport Rideau, confirmera la date de la prise de possession de la ligne de la Confédération par la Ville.

OC Transpo a d’ailleurs précisé que la ligne de la Confédération a été conçue pour respecter toute la réglementation d’accessibilité

Source : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1170704/ligne-confederation-aveugle-accessibilite

12. Comment les personnes aveugles visualisent les animaux sauvages ?

Article d’Anne-Sophie Tassart publié le 22 mai 2019 sur Sciencesetavenir.fr

Une étude publiée dans les PNAS s’est intéressée à l’image qu’ont les personnes aveugles de naissance de certains animaux en leur faisant passer différents tests.

Pour les voyants, il est difficile de concevoir comment les personnes aveugles de naissance visualisent mentalement certains éléments du quotidien. Une équipe de chercheurs de l’Université Johns Hopkins (États-Unis) s’est intéressée en particulier à leur idée des animaux sauvages. Leurs résultats, particulièrement intéressants, ont été publiés dans les PNAS le 21 mai 2019.

Un groupe de personnes voyantes testées et un groupe de personnes non-voyantes

Pour comprendre comment les personnes non-voyantes de naissance s’imaginent les animaux, les chercheurs ont conduit une étude comprenant des tests soumis à un groupe de 20 personnes voyantes et un autre groupe de 20 personnes aveugles. Des noms d’animaux leur ont été soumis et ils ont été invités à ranger ces animaux du plus mince au plus massif, du plus petit au plus grand, de les trier en groupe suivant leur morphologie, « leur texture » (poils, plumes…), ou encore leur couleur. Ils ont également dû choisir dans un groupe l’animal qui selon eux n’a pas la même silhouette que les autres et répondre à de nouvelles questions sur la texture (« Est-ce qu’un hippopotame a des poils, des plumes ou des écailles ? », par exemple)…

Des réponses qui se recoupent entre les deux groupes

« Sur toutes les dimensions testées, à l’exception de la couleur, les personnes voyantes et aveugles ont montré un accord substantiel bien qu’imparfait, suggérant que la communication linguistique et la perception visuelle transmettent des informations sur l’apparence partiellement redondantes« , notent les auteurs de l’étude. Les réponses se sont notamment recoupées concernant la plupart des caractéristiques physiques. Par exemple, la grande majorité des voyants et des non-voyants jugent les éléphants plus grands que les rhinocéros. Mais des différences ont malgré tout été notées. Ainsi, si les personnes voyantes étaient capables de faire des groupes cohérents suivant la couleur des animaux, pourtant elles ont eu plus de difficultés à les regrouper suivant leur silhouette avec des divergences entre les différents répondants. Les personnes aveugles pour leur part ont su créer des groupes sur la morphologie mais n’ont pas réussi à correctement regrouper les animaux selon leur couleur dominante.

 

Les personnes aveugles ne se basent pas forcément sur les descriptions faites par les voyants

Auparavant, les chercheurs pensaient que l’image que se faisait les personnes aveugles des animaux provenaient en grande partie d’une description faite par une personne voyante. Or, ces personnes n’ont pas su définir clairement la couleur des animaux, une caractéristique qui aurait été rapidement mentionnée par quelqu’un de voyant. En effet, « les deux groupes étaient en désaccords concernant la caractéristique de l’apparence qui est la plus simple à verbaliser : la couleur« , notent les chercheurs. Les personnes aveugles semblent donc prendre en considération d’autres informations pour créer leurs images mentales : une classification basée davantage sur la forme et la texture, un peu comme le font les scientifiques pour regrouper les espèces en genres. Ainsi, elles « en déduisent une apparence d’après d’autres propriétés (la taxonomie, l’habitat)« . « En l’absence d’accès sensoriel direct, la connaissance de l’apparence est acquise principalement par inférence (déduction, NDLR), plutôt que par mémorisation de faits stipulés verbalement« , souligne l’étude.

 

Source : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/comment-les-personnes-aveugles-visualisent-les-animaux_133863?xtor=RSS-16

13. Association d’informations en logements et immeubles adaptés : Ouverture du poste de coordonnateur (trice)

Sous la supervision du conseil d’administration, la personne recherchée contribue à assurer la pérennité de l’organisme en faisant sa promotion, en assurant son développement, en démontrant le leadership nécessaire à la réalisation de la vision et de la mission de l’organisme dans le respect de ses valeurs. Elle a comme principale responsabilité de planifier, organiser, diriger et contrôler les activités.

1. TÂCHES

Planifie, organise et soutient les activités liées à la vie associative (conseil d’administration, comités de travail, assemblée générale et autres instances);

Développe des positions politiques et des stratégies d’action en fonction de la mission de l’AILIA et représente l’organisme auprès des instances gouvernementales et communautaires;

Fait la promotion des services offerts par l’organisme en assurant leur mise à jour et donne les informations pertinentes aux clients;

Est responsable des outils de communication (site internet, infolettre, communiqué de presse, dépliants, etc.) et dynamiser la vie associative;

Gère les ressources humaines, matérielles et financières de l’organisme;

Est responsable du financement (demande de subvention, dons, etc.);

Parcourt le territoire de l’agglomération de Longueuil pour valider les informations concernant l’accessibilité des logements et des immeubles.

2. EXIGENCES

Expérience dans un poste de coordination, de direction ou de gestion dans le milieu communautaire et/ou avec des personnes en situation de handicap ;

Bonne capacité d’analyse socio-politique ;

Autonomie, leadership, initiative et sens de l’organisation ;

Bonne capacité de communication orale et écrite, excellent français écrit et maîtrise de l’anglais (un atout) ;

Connaissance fonctionnelle des outils informatiques : mise à jour du site internet, Facebook, connaissance

(Excel, courrier électronique et Internet);

Prévoir un moyen de transport pour rencontre à l’extérieur ou autre déplacement;

Maîtrise du concept de l’accessibilité universelle.

3. CONDITIONS DE TRAVAIL

Travail 21 heures/semaine

Contrat d’un an renouvelable après 3 mois de probation

Taux horaire entre 18$/h et 20$/h selon les compétences

Bureau situé dans le Vieux-Longueuil

Merci de transmettre votre curriculum vitae, avant le 6 juin 2019, via courriel, avec la mention Coordonnateur à :

[email protected]

Bien que toutes les demandes d’emploi soient prises en considération, seuls les candidats retenus seront contactés

14. Québec bonifiera son programme pour les enfants lourdement handicapés

Reportage d’Olivier Bachand publié le 12 mai 2019 sur Ici. Radio-Canada

Après avoir déçu les parents d’enfants handicapés dans son premier budget, le gouvernement Legault s’apprête à rectifier le tir. Au cours des prochaines semaines, Québec annoncera l’injection des 22 millions de dollars supplémentaires promis en campagne électorale dans le programme d’allocations destiné aux enfants lourdement handicapés.

Le ministre québécois de la Famille, Mathieu Lacombe, a rencontré les représentants d’un organisme et d’un regroupement de parents d’enfants handicapés la semaine dernière pour leur présenter les modifications que Québec compte apporter au supplément pour enfants handicapés nécessitant des soins exceptionnels.

Les deux organisations, l’Étoile de Pacho et Parents jusqu’au bout, ont été tenus à la confidentialité et n’ont pas pu nous révéler les fins détails du programme. Le cabinet du ministre Lacombe confirme cependant qu’il sera modulé. « Nous sommes sur le point de finaliser la modulation du programme pour le rendre plus équitable », indique-t-on au bureau du ministre.

L’allocation donne droit à 978 $ par mois aux parents d’enfants lourdement handicapés, un montant qui s’ajoute aux 195 $ du supplément de base offert aux parents de tous les enfants handicapés.

Depuis la création du programme en 2016, près de la moitié des demandes ont été rejetées par Québec. Des 4995 requêtes traitées, 2670 ont été acceptés, pour un taux d’approbation de 54 %. La moitié des parents se retrouvent donc le bec à l’eau.

Pour se qualifier, un enfant doit avoir des limitations à ses « habitudes de vie (Nouvelle fenêtre) ».

Par exemple, un enfant de 2 à 4 ans doit avoir des limitations absolues pour la nutrition, les déplacements et la communication. En d’autres mots, il doit être incapable de se nourrir seul, de marcher et de parler. Des enfants peuvent aussi obtenir le supplément si leurs parents doivent leur donner des soins médicaux complexes à domicile.

En vertu des critères actuels, seuls les cas extrêmement lourds sont admis. La fondatrice de l’Étoile de Pacho, Nathalie Richard, espère que la modulation du programme permettra de rejoindre un plus grand nombre de familles.

« Il va falloir être le plus inclusif possible. Nous, notre demande à la base, c’est que tous les enfants, les 36 000 enfants handicapés du Québec, aient un meilleur soutien financier. Donc, ça va être intéressant de voir quel genre de modulation ils vont nous proposer. » — La fondatrice de l’Étoile de Pacho, Nathalie Richard

Des familles laissées de côté

Les parents de la petite Mila Goolab, qui habitent Saint-Constant, en Montérégie, font partie de ceux qui ont vu leur demande pour le supplément pour enfants handicapés nécessitant des soins exceptionnels être refusée par le gouvernement.

Leur fillette, qui vient tout juste d’avoir 4 ans, est née en pleine santé. Atteinte d’une rare maladie neurologique, elle s’est retrouvée soudainement paralysée du cou jusqu’aux orteils à l’âge de 17 mois.

« Au départ, elle ne pouvait pas bouger ni un doigt ni un orteil, rien du tout. Là, avec des thérapies, elle a réussi à se développer tranquillement. »— La mère de Mila Goolab, Mélanie Joannette

La vie de la famille a été complètement chamboulée. Mélanie Joannette a cessé de travailler pour s’occuper de Mila. Son conjoint et elle ont acheté des équipements spécialisés pour la soigner, et paient de leur poche pour des thérapies de réadaptation au privé.

« Plus elle fera de thérapies, plus elle aura de chances de faire des connexions neurologiques pour pouvoir marcher et être complètement autonome. »— Le père de Mila, Kevin Goolab

Ils comptaient sur l’allocation pour offrir d’autres soins à leur fille, mais leur demande a été rejetée parce que Mila n’est pas assez handicapée aux yeux du gouvernement, puisqu’elle est capable de communiquer. Leur déception a été immense.

« On se sent abandonnés par le gouvernement », dit Mélanie.

« Le programme est là, puis on sait que notre fille n’est pas apte comme les autres enfants. On sait qu’il y a un besoin, mais ils ne veulent pas l’accepter », déplore pour sa part Kevin.

Une autre promesse tarde à se concrétiser

Avec la modulation du programme d’allocation, le gouvernement Legault remplira une des deux grandes promesses faites par la Coalition avenir Québec aux parents d’enfants handicapés pendant la dernière campagne électorale.

L’autre promesse, celle de rétablir l’équité entre l’aide financière versée aux familles naturelles et aux familles d’accueil qui prennent en charge des enfants handicapés, ne sera pas réalisée tout de suite. Lors de l’étude des crédits budgétaires en avril, le premier ministre François Legault s’est donné jusqu’à la fin de son mandat pour y parvenir.

À l’heure actuelle, une famille d’accueil qui s’occupe d’un enfant lourdement handicapé reçoit des sommes beaucoup plus importantes qu’une famille naturelle.

« Il ne faudrait jamais qu’un enfant soit placé dans des familles d’accueil pour des raisons financières. Ça n’a pas de sens dans un pays riche comme le nôtre. »— La fondatrice de l’Étoile de Pacho, Nathalie Richard

Geneviève Dion, de Parents jusqu’au bout, se réjouit de la modulation du programme de supplément, mais déplore que le gouvernement caquiste n’agisse pas immédiatement pour établir l’équité avec les familles d’accueil. « C’est décevant parce qu’on ne règle pas le problème, encore une fois. Les familles qui vivent avec un enfant handicapé doivent encore attendre. »

Source : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1169434/aide-enfants-handicaps-soins-sante-parents-allocations?fbclid=IwAR2aQRFnmQRr-s1Qptx87n3YhmhbRsoMa-pE6xIqA0IXhLulq5XCF82Mtyo

15. La conseillère de la ville de Longueuil Colette Éthier devient indépendante

Publié le 16 mai par Henri-Paul Raymond, 103,3

Coup inattendu dans le camp de la mairesse de Longueuil, Sylvie Parent.

Une de ses conseillères, Colette Éthier, claque la porte du parti Action Longueuil pour siéger désormais comme indépendante.

Mme Éthier en a fait l’annonce jeudi après-midi sur les réseaux sociaux et via une lettre qu’elle a rédigée.

Elle donne aussi sa démission du comité exécutif de la ville et au directeur général.

Elle fonde sa décision sur le fait qu’elle se sent mise à l’écart depuis un certain temps du processus décisionnel et se sent confinée à un rôle de figurante au sein de l’équipe de la mairesse.

Selon Mme Éthier, comme indépendante elle pourra avoir les coudées franches pour mieux défendre les intérêts de ses concitoyens.

Elle parle de liberté d’expression.

Colette Éthier garde en tête le développement de la ville et de son district, celui de LeMoyne de Jacques-Cartier.

Sylvie Parent la remercie pour ses années de service

La mairesse de Longueuil a émis un bref message pour remercier Mme Éthier pour ses années de service au sein de la formation politique Action Longueuil.

Elle note la contribution de la conseillère dans divers dossiers comme le transport actif, le déneigement et pour les personnes vivant avec un handicap.

Mme Parent est persuadée que Colette Éthier va continuer de bien représenter ses électeurs et elle lui souhaite une bonne continuation.

Source : https://www.fm1033.ca/39690-2/