Accessibilité

Écho du RAAMM du 18 au 23 avril 2017

Voici le contenu de l’Écho du RAAMM pour la période du 18 au 23 avril 2017.

Prenez connaissance des dernières actualités du RAAMM, des communiqués de nos partenaires et d’articles portant sur la déficience visuelle publiés dans les médias.

Sommaire

 

 

1. Programmation du Centre communautaire Berthe-Rhéaume : des activités pour tous les goûts

 Faites vite, il reste encore quelques places!

Montréal, le 11 avril 2017 – L’équipe du RAAMM vous rappelle que plusieurs cours et activités vous sont offerts au Centre communautaire Berthe-Rhéaume ce printemps et qu’il est encore temps de vous y inscrire.

Cours et ateliers :

  • Initiation au tricot, débute le 18 avril;
  • Cuisines collectives, débute le 19 avril;
  • Pilates, débute le 20 avril;
  • Arts plastiques, débute le 21 avril.

Activités à la carte :

  • Mardi 2 mai – Brunch-conférence « Le centre d’écoute Le Havre »;
  • Jeudi 4 mai – Soirée cinéma « Aveugles de luxe »;
  • Mardi 6 mai – L’ABC de la politique : distinguer la gauche et la droite;
  • Mercredi 17 mai – Le thé de l’après-midi : transport adapté de Montréal;
  • Jeudi 25 mai – Conférence « Pieds nus dans l’onde, les années radio de Félix Leclerc »;
  • Mardi 6 juin – Dîner de fin d’année et remerciement des jeunes bénévoles de l’école La lancée;
  • Mercredi 14 juin – Le thé de l’après-midi : transport adapté de Longueuil.

Pour en savoir davantage, nous vous invitons à consulter la programmation complète sur notre site Web au : http://www.raamm.org/cbrprogrammation.php.

Pour entendre l’enregistrement de la programmation du Centre communautaire Berthe-Rhéaume au Publiphone, il suffit d’appeler au 514-277-4401 et d’appuyer sur le 4 lors du message d’accueil du RAAMM pour accéder au menu principal du Publiphone. Choisissez ensuite la rubrique 13.

Pour toute question ou pour vous inscrire à nos activités, contactez Josée Boyer au 514-277-4401, poste 116 ou par courriel à jboyer@raamm.org.

L’équipe du RAAMM.

 

2. Soirée reconnaissance des bénévoles du RAAMM

Montréal, le 13 avril 2017 – Vendredi 7 avril avait lieu, au Centre communautaire Berthe Rhéaume, la soirée reconnaissance des bénévoles et des membres impliqués du RAAMM afin de les remercier chaleureusement pour leur généreuse implication.

D’une main experte madame Christine Letendre, directrice adjointe, a agi à titre de maître de cérémonie et a souligné l’importance pour nos membres de l’aide apportée par les bénévoles.

Monsieur Serge Boudreau, président du Conseil d’administration, dans son mot de bienvenue a exprimé à quel point les bénévoles du  RAAMM ainsi que les membres qui s’impliquent sont essentiels au bon fonctionnement de notre organisme. Ce sont 2320 heures d’accompagnement aux membres et de soutien au RAAMM qui ont été offertes par les bénévoles cette année. Outre le service rendu, il y a le bonheur que procure une présence humaine.

Notons que les membres se sont impliqués au sein de comités de travail, dans le cadre de représentations, de mobilisations et d’activités de sensibilisation, en plus d’accomplir des tâches en soutien au fonctionnement interne, tout cela pour un grand total de 900 heures.

Nous avons profité de l’événement pour rendre hommage à monsieur André Hardy, un bénévole qui s’implique au RAAMM depuis plus de 20 ans. Nous lui avons remis un certificat afin de le remercier pour son engagement et sa fidélité auprès de nos membres, permettant ainsi de favoriser leur participation sociale.

Un délicieux buffet froid préparé par Resto Plateau a été servi pour le souper. Si la chance a souri à plusieurs lors du tirage des prix de présences dont une paire de billets pour le spectacle de Florence K qui a gracieusement été offert par Spectra Musique, nous pouvons dire sans nous tromper que ce sont les 32 personnes présentes qui se sont bien amusées tout au long de la soirée!

Nous tenons à remercier les personnes bénévoles de notre partenaire, le Centre action bénévole Montréal – Accès bénévolat, qui ont aidé au service et au bon déroulement de cette soirée : mesdames Carolina Marmolejo Benipez, Chantale Jodoin et Anne Paquette.

Merci à toutes et à tous pour votre présence!

 

3. Un nombre de participation record en cette 34e édition du Défi sportif AlterGo!

Plus de 6 700 athlètes ayant une limitation fonctionnelle, tant de l’élite que de la relève, sont attendus à Montréal du 24 au 30 avril prochain pour la 34e édition du Défi sportif AlterGo. Un record de participation, soit une augmentation de 500 athlètes par rapport au record établi en 2015 ! Notons par ailleurs que le Défi sportif AlterGo est le plus grand événement multisport annuel au Canada. En savoir plus.

En plus de venir assister aux compétitions, les personnes intéressées à expérimenter les sports adaptés au Défi sportif AlterGo ont deux belles occasions de le faire.

Initiation au baseball adapté

Faire découvrir de nouveaux sports aux athlètes ayant une limitation fonctionnelle, voilà un objectif que vise le Défi sportif AlterGo pour faire bouger plus de jeunes! En partenariat avec la Fédération de baseball amateur du Québec, un après-midi d’initiation au baseball adapté est offert pour tous le 29 avril au complexe sportif Claude-Robillard de 13h00 à 16h00. Au programme : enseignements de base et partie entre les participants. Inscription gratuite auprès de francoisg@defisportif.com.

Paralympiens recherchés

Connaissez-vous des athlètes qui ont l’âme d’un paralympien? Paralympiens recherchés est un excitant programme conçu pour identifier la prochaine génération d’athlètes paralympiques canadiens. Lors d’une journée d’activités qui aura lieu le samedi 29 avril au complexe sportif Claude-Robillard, les personnes de 14 à 35 ans ayant un handicap physique ou une déficience visuelle ont la chance de tester leurs habiletés et de découvrir les sports paralympiques qui leur conviennent le mieux. Cette activité est offerte en collaboration avec le Comité paralympique canadien et l’Institut national du sport du Québec.

Source : http://www.defisportif.com/fr/news/news_details.php?id=755

 

4. Audiodescription du hockey sur luge : l’accessibilité, de la glace aux estrades

 Adapter un sport, ça ne se passe pas uniquement sur le terrain! Étendre l’accessibilité jusque dans les gradins, c’est le pari que fait le Défi sportif AlterGo en offrant l’audiodescription de la série Canada-États-Unis de hockey sur luge en collaboration avec Connec-T services d’audiodescription. Les spectateurs ayant une déficience visuelle pourront donc suivre l’action en direct, sans rater une seule passe! N’hésitez pas à partager la nouvelle et à faire de la série une sortie gratuite entre collègues, entre amis ou en famille.

Horaire des parties avec audiodescription

  • Vendredi 28 avril, 19 h 30 • Samedi 29 avril, 19 h 30 • Dimanche 30 avril, 11 h
  • Lieu : Aréna Howie-Morenz, 8650, avenue Querbes, Montréal

L’audiodescription est présentée en collaboration avec Connec-T services d’audiodescription et AMI-télé. Télécharger l’application pour iPhone ou Androïd

Source : Défi sportif  AlterGo,  5 avril 2017. http://www.defisportif.com/fr/news/news_details.php?id=752

 

5. Le Réseau de transport de Longueuil (RTL) a annoncé l’ajout de deux nouvelles lignes accessibles, dont une première, dès l’automne prochain

 Plus spécifiquement, la ligne 80 sera accessible dès le 21 août alors que la 28 le deviendra dès la livraison des nouveaux véhicules sur le réseau. Ces lignes ont été choisies notamment pour faciliter la correspondance avec les autres lignes accessibles, permettant aux clients à mobilité restreinte de se déplacer plus facilement dans l’agglomération. Ces ajouts porteront à neuf le nombre de lignes universellement accessibles sur le territoire du RTL.

La ligne 80 dessert la Ville de Boucherville alors que la ligne 28 dessert le chemin de Chambly, l’hôtel de ville et le marché public dans l’arrondissement du Vieux-Longueuil.

Chaque autobus de ces nouvelles lignes offrira un espace réservé aux personnes se déplaçant en fauteuil roulant ou avec une aide à la mobilité motorisée (AMM), tels les triporteurs et les quadriporteurs respectant les dimensions maximales autorisées à bord. Une rampe d’accès à la porte avant sera également déployée par le chauffeur pour permettre l’embarquement. Il faut aussi rappeler que l’autobus peut aussi s’agenouiller au besoin pour la clientèle à mobilité restreinte. D’une façon générale, c’est l’ensemble de la clientèle qui bénéficiera de l’accessibilité universelle grâce à un confort amélioré.

«L’accessibilité universelle est une priorité pour notre organisation et c’est pourquoi nous travaillons au quotidien afin de faciliter les déplacements des personnes à mobilité restreinte, souligne la présidente du RTL, Colette Éthier. L’objectif est de tendre vers un service universellement accessible pour la clientèle tel que prévu dans notre plan d’accessibilité.»

Article de Vanessa Picotte publié le 13 avril

Source : http://www.lecourrierdusud.ca/actualites/2017/4/13/rtl–deux-nouvelles-lignes-accessibles-pour-les-personnes-a-mobi.html

 

6. Plaintes rejetées: des personnes handicapées «écoeurées»

Le Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec (RAPLIQ) s’indigne du rejet de 17 plaintes, faisant état selon lui «de discriminations» subies dans les transports en commun montréalais», de la part de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.

«C’est incroyable et écoeurant. Je vis ça comme une petite catastrophe», clame mardi Linda Gauthier, présidente du RAPLIQ. Celle-ci ne comprend pas la décision rendue le 7 mars dernier par cette commission, qui indique, dans son rapport, «que la preuve dont elle dispose au terme de l’enquête est insuffisante pour porter la cause devant un tribunal.»

En 2011, le RAPLIQ avait présenté à cette commission de 17 plaintes. Ces dernières dénonçaient notamment le manque d’accessibilité des bus et du métro à Montréal pour les personnes à mobilité réduite.

«Pour nous, c’était de la discrimination, assure Steven Laperrière, vice-président de l’organisme. Attendre dehors, dans le froid, des bus avec des rampes qui ne s’ouvrent pas ou être devant des ascenseurs dans les stations de métro qui ne marchent pas, c’est incroyable. Une amie a même raté une opportunité d’emploi incroyable à cause de ces problèmes qui ont provoqué une heure de retard.»

Une autorisation en recours collectif en attente
Le RAPLIQ ne compte pas s’arrêter-là. L’organisme fondé en 2009 déposera dans les prochains jours une demande de révision judiciaire. «Ça va nous coûter de 7 000 à 10 000$, mais on va le faire. On ne peut pas se contenter de cette décision extrêmement décevante», reprend Linda Gauthier.

Le 19 avril, la présidente de ce regroupement sera également devant les tribunaux pour de nouvelles audiences après  une demande en autorisation de recours collectif contre la Société des transports de Montréal (STM), l’Agence métropolitaine de transport (AMT), le ministère des Transports du Québec et la Ville de Montréal, déposée au printemps 2015.

Le RAPLIQ, qui regrette la lenteur de Montréal dans la mise en place d’une politique en accessibilité universelle, réclame 75 000$ de dommages moraux et exemplaires par plaignant. Près de 20 000 personnes pourraient être concernées, selon Linda Gauthier. Si l’organisme obtient gain de cause, la facture pourrait s’élever à 1,5G$.

La STM, de son côté, indique viser le chiffre de 41 stations accessibles d’ici 2025 dans le réseau du métro. Actuellement, 12 stations remplissent ces critères. Des travaux sont présentement menés à la station Honoré-Beaugrand, sur la ligne verte, et à la station  Collège, sur la ligne bleue. La STM précise que 60% de sa flotte de bus est munie de rampes avant, «fiables à 98%», et 40% de rampes arrières.

Article de  Romain Schué publié le 11 avril 2017

Source : http://journalmetro.com/actualites/montreal/1116376/plaintes-rejetees-des-personnes-handicapees-ecoeurees/

 

7. Laval, deux nouvelles candidatures

Élections. Le Mouvement lavallois (ML) et le Parti Laval (PL) ont confirmé chacun une nouvelle candidature ces derniers jours, portant respectivement à 17 et 16 leurs candidats en précampagne.

Le 9 avril, Isabella Tassoni a remporté l’investiture du ML dans le district Laval-des-Rapides devant une assemblée de 250 sympathisants, qui l’ont préférée à Zitouni Mongi et Lyne Sylvain, également en lice.

«Comptez sur moi pour vous représenter au conseil de ville à partir de novembre prochain», a déclaré la nouvelle candidate, qui convoite le siège actuellement détenu par Pierre Anthian, représentant de Parti Laval.

«Je suis fier qu’une femme de plus se soit jointe à notre équipe», a déclaré le chef du parti et maire de Laval, Marc Demers.

De fait, Mme Tassoni devient la sixième candidate officielle du ML, les cinq conseillères élues du parti sollicitant toutes un renouvellement de mandat.

M. Demers a par ailleurs salué la discipline de travail de sa nouvelle candidate, diplômée en science politique de l’Université Concordia.

Sylvie Richer

Le Parti Laval a pour sa part jeté son dévolu sur Sylvie Richer pour le représenter dans le district Saint-Vincent-de-Paul lors scrutin du 5 novembre.

Membre du Comité consultatif conjoint de l’accessibilité de Laval (CCCA) comme représentante des citoyens handicapés et à mobilité réduite depuis 2009, Mme Richer fera de l’accessibilité universelle le principal enjeu de sa campagne.

«Je crois fermement à la participation pleine et entière des personnes handicapées aux services publics ainsi qu’à l’accès à un maximum d’autonomie», a fait valoir celle qui tentera de ravir le poste au conseiller du Mouvement lavallois, Paolo Galati.

«Mme Richer porte les préoccupations de centaines de Lavallois qui souffrent d’un manque d’accessibilité à Laval», a mentionné le chef du PL, Michel Trottier, soulignant au passage «son expertise et son dynamisme sur le terrain».

Article de Stéphane St-Amour publié dans le Courrier Laval le 11 avril 2017

Source : http://www.courrierlaval.com/actualites/2017/4/11/deux-nouvelles-candidatures.html

 

8. La Grande Séduction des bibliothèques de Montréal

Une invitation à ne pas manquer!

Vendredi 12 mai 2017, de 9h à 12h, assistez à la Grande Séduction des bibliothèques de Montréal !

Biblio-courrier, jeux adaptés, postes informatiques, collections adaptées, Fablab, jeux vidéo, programmation d’activités, etc…. Découvrez tous les services des 45 bibliothèques de Montréal en une seule visite.

Il y aura également la possibilité de faire faire votre carte de membre sur place!

En participant à cette activité, vous aurez une excellente vue d’ensemble sur ce que les bibliothèques de Montréal peuvent vous offrir et comment elles peuvent répondre à vos besoins.

Veuillez, s’il vous plaît, confirmer votre présence avant le vendredi 28 avril 2017, 16h00.

Pour inscription : contactez AlterGo au 514-933-2739 au poste 243 ou par courriel à estelle@altergo.ca.

Quand? Vendredi 12 mai 2017, de 9h à 12h

Où? Bibliothèque Parc-Extension, 421, rue Saint-Roch, Montréal

 

9. Chateauguay – Le défi de la «mobilité active»

Depuis le développement du premier réseau cyclable à Châteauguay, la bicyclette est devenue un moyen de se déplacer et les gens à mobilité réduite se font plus nombreux sur le réseau cyclable. Ces nouvelles réalités amènent les élus de Châteauguay à revoir leur façon de faire lors de l’aménagement du territoire, constate la mairesse Nathalie Simon.

«Le vélo devient un mode de transport actif pour aller travailler, faire ses courses il faut qu’on en tienne compte», dit-elle. Les types d’usagers sur le réseau cyclable augmentent. Les besoins particuliers des malvoyants demandent de s’assurer du bon état des trottoirs et de l’emplacement de signaux sonores aux feux de circulation absents d’obstacles, souligne Mme Simon. «On fait des choses, on ne réfléchit pas parce qu’on n’est pas touchés. Si on n’a pas une déficience visuelle, on ne pense pas à certains détails», croit-elle. Mme Simon se questionne aussi sur le partage des pistes cyclables avec les résidents se déplaçant en triporteurs, une nouvelle clientèle sur le réseau.

Penser aux piétons

En 2013, Châteauguay a adopté son Plan de mobilité active et durable afin d’améliorer et bonifier son réseau cyclable. Depuis, les piétons occupent une place de plus en plus grande sur le territoire. Pour Mme Simon, l’ajout de nouveaux aménagements doit se faire en pensant à eux. «Le problème à Châteauguay, c’est que 90 % à 95 % du territoire est bâti. On profite des occasions lorsqu’on refait du développement pour ajouter des tronçons cyclables», ajoute-t-elle. Là encore, l’aménagement du territoire n’est pas une simple chose, confie Mme Simon. «On a des embûches, ça ne va pas aussi vite qu’on voudrait, parce qu’on n’est pas les seuls intervenants dans le dossier», précise-t-elle. Elle ajoute que les ressources financières et la réalité terrain constituent d’autres facteurs. Et lorsqu’il est impossible de réaliser les travaux envisagés? «On fait autrement, fait-elle part, ou on atténue la circulation avec d’autres mesures en attendant de refaire la rue.» La mairesse dit oui à l’ajout de nouvelles structures, mais il faut aussi «corriger ce qui ne fonctionne pas».

Le changement dérange, note Nathalie Simon. La mairesse revient sur la réfection du boulevard Parkview où plusieurs mesures d’atténuation de la circulation ont été ajoutées de 2014 à 2016. «On a eu de la résistance des citoyens parfois pour améliorer les choses et d’autres fois il s’agissait de résistance au changement. (…) Lors de la réfection d’une rue, je regarde dans un avenir de 20 ans», affirme-t-elle.

Article de Marie-Josée Bétournay publié le 25 mars 2017

Source : http://www.cybersoleil.com/actualites/2017/3/25/le-defi-de-la–mobilite-active-.html

 

10.Victoriaville – Une aide supplémentaire pour le maintien à domicile

Afin d’aider les personnes en situation de handicap à demeurer dans leur domicile, la Ville de Victoriaville lance un nouveau volet à sa politique «Victoriaville ville inclusive» qui porte cette fois sur l’habitation.

Après avoir mis en place un programme de subvention pour les commerces et les services il y a huit ans, voilà que la Municipalité revient à la charge. Cette fois, c’est pour aider à des aménagements temporaires ou permanents de maisons ou de logements et ainsi permettre aux gens de demeurer dans leur domicile malgré un handicap.

Il y a bien des programmes existants pour combler une partie des besoins en ce sens. D’ailleurs, la MRC d’Arthabaska dispose du PAD (Programme d’adaptation de domicile), mais malgré ses efforts une zone grise demeure dans l’accessibilité et certains besoins ne sont pas comblés par les programmes actuellement en place. «Un seul exemple : si un enfant a des besoins particuliers et qu’il est en garde partagé, un seul domicile sera subventionné actuellement», a indiqué le conseiller Patrick Paulin qui est aussi président du Comité consultatif de la Politique d’accessibilité universelle. Un autre exemple : une personne se fracture une hanche et se retrouve en fauteuil roulant pendant deux mois. Il lui faudra aménager une rampe temporaire pour accéder à son domicile. Elle pourra obtenir de l’aide grâce au programme mis en place. «Le programme couvre l’accès extérieur, les travaux nécessaires pour la circulation intérieure et les éléments de sécurité», explique Nathalie Roussel, responsable de l’accessibilité universelle à la Ville de Victoriaville.

Le programme a été élaboré après avoir consulté la population et les différents partenaires du milieu. C’est ainsi que «Victoriaville ville incluse» offrira une compensation financière de 50% du coût des travaux d’accessibilité (approuvés au préalable) jusqu’à une limite de 4000 $. Pour y avoir accès, il suffit de remplir un formulaire et lorsque les travaux auront été exécutés comme prévu lors de l’approbation du dossier et sur présentation des factures inhérentes au projet, un chèque sera émis. Pour la première année, une enveloppe de 10 000 $ a été réservée pour ce volet. Celle-ci augmentera selon les demandes.

«Nous avons écouté les requêtes et défini les besoins de la clientèle en plus de décortiquer les programmes de subvention offerts par les paliers de gouvernement afin de cibler les zones dites grises», ajoute M. Paulin.

Cette nouvelle aide financière est, selon le maire André Bellavance, une première pour une ville du Québec. «On est proactifs. On travaille en complémentarité pour améliorer la qualité de vie des citoyens et on ne dédouble rien», a-t-il mentionné.

Toujours disponible pour les commerces et services

Le programme de subventions pour les propriétaires de commerces et services pour favoriser l’accessibilité est toujours disponible. Il couvre 50% du coût des travaux d’accessibilité, jusqu’à 4000 $ pour le volet régulier et 10 000 $ pour les projets spéciaux. «L’objectif est d’optimiser l’accès sans obstacle aux personnes en situation de handicap. Plus de choix et d’accès pour nos citoyennes et citoyens ou encore pour les gens de passage, c’est rentable pour tous», conclut le maire.

Article de Manon Toupin publié le 7 avril 2017

Source : http://www.lanouvelle.net/actualites/societe/2017/4/7/une-aide-supplementaire-pour-le-maintien-a-domicile.html

 

11. Petit pas vers la mise en vente de cellules souches?

Petit pas par petit pas, les cellules souches semblent entrer dans l’espace public. Mais que change le fait d’avoir pour la première fois, depuis la semaine dernière, des cellules souches transplantées d’une tierce personne ?

Il avait fallu près d’un quart de siècle d’expériences sur des cellules souches avant qu’on ne tente, en 2014, l’injection chez une femme de ses propres cellules souches — il s’agissait des cellules de sa peau, « reprogrammées » pour être injectées dans son oeil. Et ce n’est que la semaine dernière qu’on a pour la première fois expérimenté chez un patient l’injection de cellules souches qui ne sont pas les siennes. Cette nouvelle étape est pourtant fondamentale pour que ce traitement puisse se généraliser et devenir accessible à tous : il faudrait pour cela voir naître des « banques de cellules souches », similaires aux banques de sang d’aujourd’hui, mais qu’il faudra d’abord expérimenter à plus grande échelle.

Pour l’instant, la nouvelle expérience, menée le 28 mars, vise à traiter chez un homme dans la soixantaine un cas de dégénérescence maculaire — une maladie de l’oeil qui conduit progressivement à la perte de la vision centrale. Les premières informations sont « prometteuses », selon une conférence de presse tenue le lendemain à l’Institut de recherche Riken, au Japon — le même où avait été menée l’expérience de 2014. Des cellules souches pourraient, en théorie, régénérer le tissu de la rétine, et c’était également l’objectif des expériences de 2014. La lenteur avec laquelle le dossier progresse depuis 25 ans n’empêche pas le biologiste Shinya Yamanaka, Prix Nobel de médecine 2012 pour son travail sur la reprogrammation des cellules souches, de travailler en ce moment même à ce que le Japon devienne le premier pays à créer une banque de cellules souches.

Article de l’Agence France-Presse publié le 10 avril dans Le Devoir

Source : http://www.ledevoir.com/societe/sante/495996/cellules-souches-petit-pas-vers-la-mise-en-vente

 

12. Séoul délivrera des passeports en braille pour les non-voyants

La Corée du Sud commencera à délivrer des passeports en braille ce mois-ci pour faciliter la vie des personnes non-voyantes et notamment leurs voyages à l’étranger, a déclaré ce lundi le ministère des Affaires étrangères.

Les passeports en braille seront disponibles à partir du 20 avril dans les 240 bureaux délivrant des passeports en Corée du Sud et 175 missions diplomatiques à l’étranger, selon le ministère.

Ils fourniront des informations en braille sur le nom du propriétaire, le numéro de passeport, les dates de délivrance et d’expiration sur un autocollant attaché au dos de la couverture.

Ce sera la première fois au monde que de tels passeports seront délivrés, a dit le ministère. «Nous nous attendons à ce que ces passeports améliorent significativement la commodité des personnes non-voyantes qui font face à des inconforts lors de la réservation des vols et des hébergements en raison de la difficulté à confirmer les informations de leur passeport», a indiqué le ministère.

Par yonhapnews le 16 avril 2017

Source : http://french.yonhapnews.co.kr/national/2017/04/10/0300000000AFR20170410001600884.HTML

 

13. Vision : Un nano-implant wifi pour restaurer la vue

 Cette prothèse rétinienne à haute résolution composée de nanofils et d’électronique sans fil, représente un pas incontestable pour restaurer la capacité des neurones à répondre à la lumière. C’est une innovation d’une équipe de l’Université de Californie – San Diego, présentée dans le Journal of Neural Engineering et testée ici in vitro sur une rétine de rat.

L’équipe d’ingénieurs de l’Université de Californie San Diego et de la Jolla a développé ce nouveau type de prothèse de la rétine, une technologie qui pourrait aider des dizaines de millions de personnes dans le monde souffrant de maladies neurodégénératives avec des effets sur la vue, de dégénérescence maculaire, de rétinite pigmentaire et de troubles de la vision liés au diabète. Si les 20 dernières années ont vu des avancées considérables dans le développement des prothèses de rétine, la performance des dispositifs actuellement disponibles pour retrouver la vision reste limitée avec des résultats en deçà des seuils de cécité de 20/200.

La nouvelle prothèse repose sur 2 innovations technologiques :

Des réseaux de nanofils de silicium qui détectent simultanément la lumière et stimulent électriquement la rétine en fonction. Ces nanofils apportent à la prothèse une capacité de résolution plus élevée que celles obtenue avec toutes les autres prothèses ;

-un dispositif sans fil qui peut transmettre la puissance et les données aux nanofils par wifi à une vitesse record et un maximum d’efficacité énergétique.

Un des principaux atouts entre ce prototype vs les prothèses rétiniennes existantes est de pas avoir besoin de capteur de vision externe (à l’œil) pour capter une scène visuelle et la transformer en signaux alternatifs pour stimuler les neurones de la rétine : en effet, les nanofils de silicium imitent les cônes et les tiges de la rétine, sensibles à la lumière, pour stimuler directement les cellules rétiniennes. Les nanofils sont regroupés dans une grille d’électrodes, activée directement par la lumière et alimentée par un seul signal électrique sans fil. Cette traduction directe et locale de la lumière incidente en stimulation électrique permet une architecture beaucoup plus simple et évolutive pour la prothèse.

L’énergie est fournie sans fil, de l’extérieur du corps à l’implant, grâce à un système de télémétrie inductive. Le dispositif est hyper économe en énergie car il minimise les pertes d’énergie grâce à la transmission sans fil, recycle l’énergie électrostatique circulant. Jusqu’à 90% de l’énergie transmise est effectivement livrée et utilisée pour la stimulation, ce qui signifie moins de rayonnements dans la transmission.

Une première preuve de concept : Ici, lorsque les chercheurs insèrent in vitro la prothèse sous une rétine de rat transgénique modèle de dégénération rétinienne, ils constatent que les neurones s’activent préférentiellement lorsque la prothèse est exposée à une combinaison de lumière et de charge électrique : cela confirme la réactivité activée par la lumière et contrôlée par tension du réseau de nanofils. Il reste encore un long chemin vers l’adaptation in vivo et clinique de la prothèse, et le rétablissement de la vision fonctionnelle chez les patients à dégénérescence rétinienne sévère. Cependant, c’est déjà une grande étape qui vient d’être franchie et les tests chez l’animal sont déjà en cours.

Actualité publiée le 26 mars 2017 sur The Journal of Neural Engineering

Source : https://www.santelog.com/news/neurologie-psychologie/vision-un-nano-implant-pour-restaurer-la-vue_17037_lirelasuite.htm

 

14. Flying Eye Hospital : Un hôpital dans le ciel

Orbis, l’une des plus grandes organisations caritatives dans le domaine de l’ophtalmologie au monde, a atteint une étape majeure dans le soin des patients, en pratiquant plus de 10 millions de traitements en une seule année.  Le nouveau Flying Eye Hospital de « troisième génération » d’Orbis, un avion unique qui joue un rôle essentiel dans la lutte contre la cécité évitable, atterrit au Royaume-Uni aujourd’hui pour la première fois dans l’histoire

Le Flying Eye Hospital (« Hôpital volant pour les yeux ») se situe à la pointe de l’innovation médicale. À première vue, c’est un avion de passagers comme les autres, mais à l’intérieur il y a une salle d’opération de premier plan, avec un équipement audiovisuel qui transmet les opérations en direct aux stagiaires dans une salle de classe de 46 places située à l’avant de l’avion. L’avion a également des espaces pré et post-opératoires et une salle de laser pour les yeux. Le Flying Eye Hospital permet à une équipe mondiale de volontaires composée des experts en ophtalmologie les plus réputés au monde de former des professionnels de la médecine à l’échelle locale, en laissant un impact durable pour les générations à venir. Son Altesse Royale, la Comtesse du Wessex, Ambassadrice mondiale de l’Agence internationale pour la prévention contre la cécité (IAPB), déclare : « Le Flying Eye Hospital d’Orbis est un instrument unique et inspirant dans la lutte contre la cécité évitable. En 2013, j’ai pu voir l’avion en action à Calcutta, en Inde. J’ai tout observé, de la plus simple opération de la cataracte utilisant des techniques de base peu coûteuses, à une intervention chirurgicale prothétique complexe qui a rendu la vue à un homme qui était aveugle depuis quatorze ans. Ces interventions médicales, même petites, servent de plateforme pour sortir les communautés et les pays de la pauvreté : si vous pouvez voir, vous pouvez travailler, si vous pouvez voir, vous pouvez apprendre. »

Dans de nombreux pays, une vue défaillante peut entraver votre capacité à avoir une éducation, vous empêcher de trouver un emploi et peut conduire les familles à la pauvreté.

Publié par PRNewswire le 9 mars 2017

Source : http://www.lelezard.com/communique-12929422.html