Accessibilité

Écho du RAAMM du 23 au 28 mai 2017

Voici le contenu de l’Écho du RAAMM pour la période du 23 au 28 mai 2017.

Prenez connaissance des dernières actualités du RAAMM, des communiqués de nos partenaires et d’articles portant sur la déficience visuelle publiés dans les médias.
Sommaire

1. Objet : Convocation à la Trente-septième Assemblée Générale Annuelle

 

Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain (RAAMM)

Montréal, le 19 mai 2017

Madame, Monsieur,

En ma qualité de Président du Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain (RAAMM), j’ai le plaisir de vous convoquer à la trente-septième Assemblée Générale Annuelle de notre association. Cette assemblée se tiendra le samedi 10 juin 2017, de 9h00 à 12h30, à la salle Fernand-Daoust (1205) du Centre St-Pierre, situé au 1212 Panet à Montréal, à proximité de la station de métro Beaudry.

À cette assemblée, nous vous présenterons le rapport d’activités et les états financiers pour l’exercice 2016-2017. De plus, vous aurez l’opportunité de vous exprimer sur une proposition de modification aux statuts et règlements ainsi que sur le plan d’action pour la prochaine année.

Enfin, l’assemblée procèdera à l’élection de trois (3) membres du Conseil d’Administration du RAAMM ainsi qu’au choix d’un Président pour l’année 2017-2018.

À noter que les administrateurs sortants sont Gaston Loubier, Jean-Marie D’Amour et Anne Jarry.

Restent en poste pour une année supplémentaire, Serge Boudreau, Pierre Croisetière et Tania Roy. Un poste d’administrateur vacant devra également être comblé pour un mandat résiduel d’un an.

En raison de l’heure de l’assemblée générale, seule la collation du matin sera offerte aux membres présents à l’assemblée.

Nous vous demandons de bien vouloir confirmer votre présence et indiquer dans quel format vous souhaitez obtenir les documents relatifs à cette assemblée, en communiquant avec madame Anna Gluhenicaia, par téléphone au 514-277-4401, poste 111, ou par courriel à administration@raamm.org au plus tard le : 5 juin 2017.

Les formats disponibles sont : l’imprimé régulier, l’imprimé en gros caractères, le braille, le CD ou la version électronique par courriel. Veuillez prendre note que le jour de l’assemblée, seul l’ordre du jour sera disponible sur place. Vous êtes donc responsables d’apporter les documents que vous jugerez pertinents. Afin de participer à cette réunion et pouvoir vous prononcer, nous vous rappelons qu’il est essentiel d’être membre en règle de notre organisme.

Si vous avez besoin d’assistance à partir de la sortie du métro Beaudry, prière de contacter Martine Grenier au (514) 277-4401, poste 115 et laissez vos coordonnées dans la boîte vocale du Service d’Aide Bénévole.

Finalement, prenez note que l’assemblée débute à 9 h 00 et que l’inscription se fera à compter de 8 h 30 et que pour les gens qui viennent en transport adapté l’heure de retour devrait être demandée pour 12 h 45.

Espérant avoir le plaisir de vous rencontrer lors de cette assemblée, recevez, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations cordiales.

Serge Boudreault, Président

 

p. j. Ordre du jour

Proposition de modification aux statuts et règlements

 

2. Ordre du jour ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE

Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain (RAAMM)

Samedi 10 juin 2017, de 9h 00 à 12 h 30

Au Centre St-Pierre, salle Fernand-Daoust

1212, rue Panet, Montréal (métro Beaudry)

Ordre du jour

9 h 00 : 1) Mot de bienvenue, présences, vérification du quorum

et ouverture de l’assemblée

9 h 10 : 2) Nomination à la présidence et au secrétariat de l’Assemblée

9 h 15 : 3) Adoption de l’ordre du jour

9 h 20 : 4) Adoption du procès-verbal de l’assemblée générale annuelle du 11 juin 2016

9 h 30 : 5) Présentation et adoption du rapport d’activités 2016/2017

10 h 00 : 6) Présentation et adoption des états financiers vérifiés 2016/2017

10 h 10 : 7) Présentation des prévisions budgétaires 201672018

10 h 20 : 8) Nomination des auditeurs indépendants pour 2017/2018

10 h 30 : PAUSE

11 h 00 : 9) Affiliation du RAAMM au RAAQ

11 h 05 : 10) Plan d’action du RAAMM pour 2017-2018

11 h 30 : 11) Proposition de modification aux statuts et règlements du RAAMM

11 h 50 : 12) Élections :

12.1) Nomination d’un président, d’un secrétaire et de 2 scrutateurs

12.2) Élection de trois administrateurs

12.3) Élection à la Présidence du RAAMM

12 h 20 : 13) Varia

12 h 30 : 14) Mot de la fin et levée de l’assemblée

3. Proposition de modifications aux Statuts et règlements du RAAMM

Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain

Assemblée générale annuelle

10 Juin 2017

Contexte et objectif :

Dans un contexte où il est de plus en plus difficile de combler par voie élective tous les postes au sein du Conseil d’administration, il est proposé que 2 des 7 postes d’administrateur soient dorénavant comblés par cooptation plutôt que par élection. En procédant de la sorte, le Conseil serait en mesure de diversifier et d’adapter à la situation du moment les compétences et les expériences particulières dont il a besoin pour assurer une saine et efficace gestion des affaires du RAAMM.

Pour ce faire, les administrateurs recommandent à l’Assemblée de modifier l’article 4.01.1 de notre Règlement général ayant trait à la composition du Conseil d’administration et d’ouvrir ce nouveau mode de désignation aux membres réguliers et associés (4.05.4).

Toutes les autres modifications proposées dans ce document sont des ajustements de concordance qui découlent de cette nouvelle composition du Conseil.

Chapitre 4 – Conseil

4.01 Composition

Ancien libellé des rubriques 4.01.1 et 4.01.2

4.01.1 Les affaires du RAAMM sont administrées par un Conseil d’administration composé de sept (7) membres, appelés administrateurs.

4.01.2 Le Conseil d’administration comporte cinq (5) postes d’officiers, auxquels s’ajoutent deux (2) postes de Conseillers. Les officiers sont le président, le premier et le deuxième vice-président, le secrétaire et le trésorier. Les administrateurs sont affectés à ces postes suivant les dispositions prévues au présent règlement.

Nouveau libellé des rubriques 4.01.1 et 4.01.2

4.01.1 Les affaires du RAAMM sont administrées par un Conseil d’administration composé de cinq (5) à sept (7) membres, appelés administrateurs. Cinq (5) sont élus par l’Assemblée et deux (2) peuvent être cooptés par le Conseil suivant les dispositions prévues aux présentes.

4.01.2 Le Conseil d’administration comporte cinq (5) postes d’officiers, auxquels peuvent s’ajouter un (1) ou deux (2) postes de Conseiller. Les officiers sont le président, le premier vice-président, le deuxième

vice-président, le secrétaire et le trésorier. Les administrateurs sont affectés ou réaffectés à ces postes suivant les dispositions prévues au présent règlement.

Ajout des rubriques 4.01.4 et 4.01.5

4.01.4 Sauf exceptions prévues aux présentes, qu’ils soient élus ou cooptés, les administrateurs ont les mêmes droits et privilèges. Lorsqu’il est nécessaire de les distinguer, on utilisera les termes « administrateurs élus » et « administrateurs cooptés », ou encore « postes électifs » et « postes cooptés ».

4.01.5 Les administrateurs cooptés n’ont pas accès aux postes de Président, de premier vice-président et de deuxième vice-président.

4.02 Mandat

Ajout de la rubrique 4.02.4

4.02.4 Le mandat d’un administrateur coopté est d’une durée maximale d’un (1) an et il est renouvelable. Il prend effet à compter de la résolution du Conseil qui confirme la cooptation de l’administrateur. Il expire lors de l’Assemblée générale annuelle qui suit.

4.03 Vacances

Ancien libellé de la rubrique 4.03.2

4.03.2 La personne ainsi nommée doit satisfaire aux conditions d’éligibilité à la fonction d’administrateur, telles que précisées plus loin à l’article 4.04.3

Nouveau libellé de la rubrique 4.03.2

4.03.2 La personne ainsi nommée doit satisfaire aux conditions d’éligibilité à la fonction d’administrateur élu, ou à celles d’administrateur coopté, selon la catégorie à laquelle appartenait l’administrateur remplacé.

4.04 Élection

Ancien libellé des rubriques 4.04.1 à 4.04.3

4.04.1 Chaque année, lors de l’Assemblée annuelle, suivant que le millésime est respectivement impair ou pair, 3 ou 4 postes du Conseil arrivent au terme de leur mandat et sont mis en élection.

4.04.2 Font également l’objet d’élection les postes dont le mandat n’est pas expiré, mais qui sont alors vacants. Dans ce cas, ces postes seront pourvus seulement pour la durée restante du mandat à courir et il incombera au Conseil, à sa première réunion suivant l’élection, de déterminer parmi les nouveaux administrateurs élus ceux qui occuperont les mandats plus courts.

4.04.3 Sous réserves des restrictions prévues au présent règlement, notamment celles énoncées à l’article 2.02.3, tous les membres réguliers en règle sont éligibles et rééligibles aux postes du Conseil d’administration.

Nouveau libellé des rubriques 4.04.1 à 4.04.3

4.04.1 Chaque année, lors de l’Assemblée annuelle, suivant que le millésime est respectivement pair ou impair, 2 ou 3 postes électifs du Conseil arrivent au terme de leur mandat et sont mis en élection.

4.04.2 Font également l’objet d’élection les postes électifs dont le mandat n’est pas expiré, mais qui sont alors vacants. Dans ce cas, ces postes seront pourvus seulement pour la durée restante du mandat à courir et il incombera au Conseil, à sa première réunion suivant l’élection, de déterminer parmi les nouveaux administrateurs élus ceux qui occuperont les mandats plus courts.

4.04.3 Sous réserve des restrictions prévues au présent règlement, notamment celles énoncées aux articles 2.02.3 et 2.02.4, tous les membres réguliers en règle sont éligibles et rééligibles aux postes électifs du Conseil d’administration.

4.05 Cooptation

Ajout de ce nouveau titre regroupant les rubriques 4.05.1 à 4.05.4

4.05.1 Compte tenu de ses responsabilités courantes, et en considération des orientations stratégiques, des enjeux du moment, de la mission, de la vision et des valeurs du RAAMM, le Conseil d’administration, de temps à autre, identifie les profils de compétence et d’expérience recherchés pour la composition du Conseil.

4.05.2 Les compétences peuvent se définir selon les connaissances générales ou spécifiques, la scolarité, l’expérience, l’implication et l’engagement dans le milieu, la nécessité d’un point de vue d’un groupe ou autres. Ces types de compétence peuvent être liés au savoir-être ou au savoir-faire.

4.05.3 Afin de maintenir la continuité et la diversité des compétences et des expériences au sein du Conseil, celui-ci peut, au moment opportun, par résolution, coopter jusqu’à un maximum de deux (2) administrateurs en sus des postes électifs.

4.05.4 Toute personne qui appuie la mission du RAAMM, ses objectifs, ses orientations, qui est membre régulier ou associé, et qui possède une expertise pouvant soutenir et améliorer l’organisme à titre d’administrateur, est éligible et rééligible aux postes cooptés du Conseil d’administration.

4. Accessibilité des nouvelles cartes d’information de la ville de Montréal

Destinataires : membres du RAAMM

Montréal, le 23 mai 2017- La ville de Montréal installe actuellement des cartes d’information à certaines intersections du centre-ville. Ces cartes visent à renseigner les piétons sur les attraits environnants. Des représentants de la ville nous ont assuré que les mesures nécessaires ont été prises afin d’assurer la lisibilité de ces cartes. À noter que les renseignements sont écrits en imprimé. Les cartes sont installées sur des colonnes Morris.

La ville souhaite connaître votre opinion sur ces cartes. Il est donc possible qu’un représentant d’une firme de sondage vous interpelle si vous consultez l’une de ces cartes. Le RAAMM aimerait également recueillir votre opinion.

Voici la liste des endroits où les nouvelles cartes sont installées :

  • McGill/Notre-Dame, coin nord-est.
  • Saint-Antoine/De Bleury, coin nord-est.
  • René-Lévesque/Saint-Urbain, coin sud-est.
  • Saint-Antoine/Berri, coin sud-ouest.
  • Sainte-Catherine Est/Cartier, en face du métro Papineau.
  • Sainte-Catherine Est/Beaudry, coin nord-est.

Plus spécifiquement, nous attirons votre attention sur les aspects suivants :

  • Avez-vous pu repérer les cartes?
  • Avez-vous pu lire les renseignements qui s’y trouvent?
  • Avez-vous pu comprendre l’information fournie?
  • Est-ce que les colonnes sur lesquelles les cartes sont installées obstruent le passage?

Nous sommes aussi intéressés à recueillir tout autre commentaire que vous pourriez nous fournir. Nous acheminerons à la ville les renseignements/impressions/opinions que vous formulerez. Ainsi, Montréal pourra apporter les correctifs nécessaires si des difficultés sont identifiées.

Nous vous invitons à communiquer avec Yvon Provencher pour lui faire part de ce que vous avez observé ou pour tout renseignement dont vous avez besoin. Vous pouvez le joindre au 514 277-4401, poste 113. Vous pouvez également lui écrire à l’adresse yprovencher@raamm.org

Source : Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain (RAAMM)

5. Des mesures souhaitées pour faciliter le déplacement des aveugles

Le réaménagement urbain et les nombreux chantiers routiers sur le territoire montréalais compliquent les déplacements des personnes ayant une limitation visuelle. Le Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain (RAAMM) estime qu’il y a encore du travail à faire pour les personnes malvoyantes.

Selon Yvon Provencher, agent de développement et de communication au RAAMM, il est très difficile pour les personnes ayant une limitation visuelle de se déplacer en l’absence de points de repère.

«L’aménagement est un des grands défis de Montréal, notamment avec les nouveaux projets que la Ville veut mettre en place comme la piétonisation des rues», affirme-t-il, faisant référence à la rue Roy entre les rues De Bullion et Coloniale.

Tous les nouveaux projets dans la ville sont à chaque fois une nouvelle adaptation pour des personnes en cécité totale ou partielle, qui doivent réapprendre un parcours préalablement mémorisé depuis souvent des années.

Provencher fait aussi référence à la diminution du trottoir rue Brébeuf à 70 cm dans le Plateau-Mont-Royal, qui avait fait polémique en 2015, mais aussi à la rue Rivard côté nord qui est «très dangereuse», selon lui.

Aussi, l’organisme a déposé un mémoire au mois de mars dernier lors de la consultation menée par la Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ) en vue de réviser le Code de la sécurité routière.

Le RAAMM souhaite que soit maintenue l’interdiction du virage à droite aux feux rouges, car sinon cela irait, selon l’organisme, à l’encontre de la stratégie montréalaise «Vision zéro» mise en place en 2016 voulant assurer la sécurité maximale des piétons.

Yvon Provencher souligne que l’accessibilité universelle doit être mieux prise en compte, notamment avec l’installation de plaques podotactiles, de feux sonores, ou encore de parcours libres d’obstacles, où aucun élément ne vient obstruer les voies de déplacements.

En collaboration avec la ville, le RAAMM développe des guides en aménagement afin que la situation des personnes malvoyantes soit écoutée dans les différents projets urbains.

«L’objectif est que les urbanistes se posent des questions sur l’aménagement du territoire lors de la conception des plans et travaux, on leur bande les yeux pour qu’ils comprennent ce que vivent les non-voyants», explique M. Provencher.

Inclusion et intégration sociale

Avec près de 300 membres et environ 75 bénévoles, le RAAMM a pour mission, depuis 1981, de travailler sur des tables de concertation, des comités de travail, avec les arrondissements ainsi que la Ville de Montréal, pour faire la promotion et défendre les droits des personnes qui ont une déficience visuelle dans Montréal, Laval et la Montérégie.

Des ateliers de cuisine collective, de yoga, ou encore de pilates sont offerts aux membres, tout comme de l’aide dans leurs tâches quotidiennes.

Selon l’Office des personnes handicapées du Québec, on estimait en 2011 à plus de 75 000 le nombre de personnes de 15 ans et plus, vivant avec une incapacité liée à la vision dans la région de Montréal. En 2012, 1,6 % de la population québécoise avait une telle incapacité (environ 101 770 personnes).

Article de Charlotte Lopez publié dans le journal Le Plateau le 17 mai 2017 à 15h32

Source : http://journalmetro.com/local/le-plateau-mont-royal/actualites/1139978/des-mesures-souhaitees-pour-faciliter-le-deplacement-des-aveugles/

6. Blindsight : la « vision aveugle » d’une Ecossaise surprend les médecins

Après un AVC, Milina Cunning a perdu la vue, mais elle a développé une perception visuelle inconsciente de son environnement.

« Quand je me suis réveillée, tout était noir ». Après un coma qui aura duré 52 jours, Milina Cunning a ouvert les yeux sans pouvoir s’en servir. Une attaque cérébrale avait atteint le cortex visuel de cette Ecossaise. Mais quelques mois plus tard, elle avait la sensation d’être capable de voir des couleurs, explique-t-elle dans un reportage de la BBC 4, The digital human, relayé par le magazine Paris Match.

Un neurologue, intrigué par ses affirmations, a décidé de lui faire passer quelques tests. En la faisant déambuler dans un couloir où des chaises avaient été placées pour entraver son déplacement, il a observé qu’elle parvenait à toutes les éviter. Une prouesse qui laisserait perplexes bon nombre de scientifiques.

Les scientifiques dans le brouillard

Il s’agit en réalité d’un phénomène déjà connu, mais mal décrit : le blindsight, ou vision aveugle en français. Même lorsque la partie du cerveau chargée du traitement des informations visuelles a été endommagée, notamment en cas d’accident vasculaire cérébral (AVC) comme c’est le cas chez cette Écossaise, une partie des signaux lumineux continue d’affluer.

Plusieurs hypothèses sont avancées par les neuroscientifiques. Une partie d’entre eux pourrait se diriger vers le thalamus, qui régule des processus réflexes, mais qui aurait aussi la capacité de projeter inconsciemment la détection de formes et de mouvements. Quelques zones du cortex visuel pourraient aussi être préservées, et transmettre un concept de détection plutôt qu’une image de l’environnement.

Vision de secours

Dans tous les cas, le blindsight se manifeste par une sorte de sens de remplacement reposant sur le même outil, l’œil. Il passe inaperçu chez les voyants, qui n’en ont que peu besoin dans leur vie quotidienne, mais peut s’exprimer chez des personnes ayant perdu la vue, pour compenser leur handicap.

« S’il y a un obstacle sur la route ou des escaliers, elle est capable d’y répondre de manière adaptée sans même se rendre compte comment», rapporte Jody Culham, scientifique canadienne qui a réalisé un scanner du cerveau de Milina Cunning. « Je ne peux pas voir les choses, mais je sais qu’elles sont là », résume l’Écossaise.

Publié par Ambre Amias le 14 mai 2017

Source : https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/21277-Cecite-vision-aveugle-d-une-Ecossaise-surprend-medecins

7. Algérie-Les non-voyants en milieu urbain : Galère dans des villes faites pour les voyants

Ceux que l’on désigne communément comme des aveugles sont en butte, quotidiennement, à de nombreuses embûches lors de leurs déplacements à pied ou en bus. D’immenses difficultés sont rencontrées par les personnes non-voyantes impuissantes de se mouvoir en milieu urbain.

L’émission « Service public » de la chaine 3 de la Radio Algérienne s’est intéressée dans son édition de lundi pour attirer l’attention de qui de droit et apporter des éclairages à l’endroit de sujets vivant dans le noir absolu doublé d’incompréhensions, voire de désintéressement.

Des reporters sont allés à la rencontre de certains non-voyants pour interroger ces handicapés visuels au sortir de leur école sise El Achour, à la périphérie d’Alger.

L’une des personnes rencontrée explique que « comme tout le monde » elle prend le bus « ce qui n’est pas facile ». De plus, elle se plaint du mauvais entretien et de l’exigüité des trottoirs dont la quasi-totalité est « larges d’à peine 50 cm », plantés de surcroît d’arbres en leur milieu ou de poteaux et panneaux. « Il m’est arrivé de tomber plusieurs fois dans des regards», dit-elle. 

Les moyens de transport, déclare un autre non-voyant, c’est principalement le bus et « exceptionnellement le métro et le tramway». « Moi personnellement, poursuit-il, j’ai la chance de pouvoir me guider », parce qu’ajoute-t-il « il me reste quelques restes visuels ». Il n’en relève pas moins qui lui arrive souvent de se cogner contre divers obstacles.

Un autre de ses camarades s’insurge, pour sa part, qu’« on »  ne prenne pas en compte les besoins des personnes handicapées visuelles en aménageant à leur intention certains lieux où ils ont l’habitude de s’y déplacer. « On ne demande pourtant que le minimum », dit-il, ajoutant désappointé « vous n’avez pas l’impression qu’on pense à vous ».

Professeur à l’Ecole des jeunes aveugles d’El Achour, une non-voyante signale, pour sa part, qu’à un moment où se déroulaient des travaux à proximité de cet établissement, un élève a chuté dans une tranchée et s’est inévitablement blessé.  Elle aussi déplore l’absence d’aménagements pouvant aider les personnes handicapées à se déplacer.

Résumant à sa façon le peu d’intérêt manifesté par les élus à l’encontre des citoyens de sa condition, un non-voyant se contente de reprendre des propos attribués au chanteur Français Gilbert Montagné, aveugle de son état, qui notait que « ce monde est exclusivement fait par les voyants pour les voyants ». Une note qui résume bien une vie qui est loin d’être sinécure.

Publié le 15 mai 2017 par Radio Algérie

Source : http://www.radioalgerie.dz/news/fr/node/112157

8. France-Pourquoi l’accès à l’emploi des personnes handicapées reste difficile

Une personne handicapée a trois fois moins de chances de trouver un emploi qu’une personne non handicapée ayant les mêmes caractéristiques, et deux fois plus de risques d’être au chômage, selon une enquête du ministère du Travail publiée mercredi

Ces chiffres révèlent la persistance de fortes inégalités entre les personnes handicapées, qui représentent 6,1% de la population nationale, et les autres, et ce malgré les lois de 1987 et 2005, qui obligent par exemple les entreprises de plus de 20 salariés du secteur public comme du privé à compter dans leurs effectifs au moins 6% de travailleurs en situation de handicap. Alors, quelles sont les barrières auxquelles les personnes handicapées sont encore confrontées dans le monde du travail ?

Les stéréotypes ont la vie dure. « Le premier travail consiste à déconstruire les représentations pour que les décideurs du recrutement voient que les personnes handicapées ne sont pas telles qu’ils les avaient imaginées », nous explique Laurence Bayle, consultante et responsable de la communication à Execo, un cabinet de conseil qui accompagne les entreprises dans leurs politiques de recrutement. « Les stéréotypes qui reviennent régulièrement lors des formations avec les managers, tels que la mobilité réduite, un faible niveau intellectuel, des difficultés d’autonomie ou de gestion de la vie quotidienne sont tous à déconstruire », poursuit-elle. « Par exemple, 80% des personnes handicapées ont un handicap qui est invisible, et 2% des personnes handicapées sont en fauteuil roulant ».

« La discrimination est liée à un manque de connaissance et à une peur du sujet. Si on peut contribuer au changement de ce regard, ça aidera. On est au début de l’histoire, mais les choses sont vraiment en train de changer », estime également Stéphane Rivière, président et fondateur de Talentéo, un média qui organise des événements pour favoriser l’emploi des personnes handicapées. « Par exemple, on attire des collaborateurs sur un événement sportif et ils vont se rendre compte que le handicap n’est pas ce qu’ils imaginaient », détaille-t-il.

Inadéquation entre le niveau de qualification attendu et les compétences

Le facteur du diplôme doit également être pris en compte pour analyser la situation à laquelle font face les personnes handicapées. « La population handicapée est à 80% à un niveau infra baccalauréat », relève Benjamin Taty, chargé du recrutement au sein du cabinet TH Conseil qui lui aussi accompagne les employeurs dans leurs politiques de handicap. « On retrouve donc peu de travailleurs handicapés sur des profils qualifiés », regrette-t-il. Il a d’ailleurs constaté que dans le secteur du recrutement dont il est en charge, l’ingénierie, ces profils étaient « très rares ».

Un constat tempéré par Stéphane Rivière, de Talentéo : « Cette statistique peut risquer de fausser l’image que l’on a de la situation du handicap » estime-t-il. Ainsi, beaucoup de personnes handicapées « ne le disent pas à leur employeur par peur de ne pas évoluer, d’être stigmatisées dans leur entreprise et d’avoir un plafond de verre », juge-t-il. « Quand Talentéo organise des événements on a des personnes handicapées diplômées, mais qui la plupart du temps ne le disent pas », relève-t-il.

Un parcours qui n’est pas linéaire.

Un autre obstacle auquel font face les personnes handicapées est la difficulté d’avoir un parcours linéaire. « Quand on devient handicapé, à 85% du temps on le devient après 16 ans : on ne naît pas handicapé on le devient, après un accident de la vie, une maladie », détaille Laurence Bayle. « Ces personnes vont donc subir une interruption de leur parcours lorsque va survenir leur handicap, et parfois être obligées de se reconvertir », souligne-t-elle.

Des chiffres en trompe-l’oeil

Si ces chiffres ne poussent pas à l’optimisme, ils peuvent, paradoxalement, masquer une situation qui s’améliore. En effet, le taux d’emploi de personnes handicapées par les entreprises a progressé : « En cinq ans, il est passé de 2,8 à 4% », souligne Laurence Bayle, d’Execo. Mais la proportion de personnes handicapées dans la population est, elle, passée de 4% à 6,1% en une dizaine d’années, avec la prise en compte des risques psychosociaux, des maladies professionnelles, du handicap psychique, etc.

« On a beau avoir un taux d’emploi qui augmente, on a aussi une augmentation du nombre de personnes reconnues handicapées. Donc la hausse du taux d’emploi des personnes handicapées ne s’accompagne pas d’une baisse du taux de chômage », décrypte Benjamin Taty, de TH Conseil. « Globalement ça va dans le bon sens, même s’il y a encore des écarts très importants d’une entreprise à l’autre », conclut Stéphane Rivière, de Talentéo. « Ce qui va faire la différence c’est la volonté de la direction de s’emparer du sujet et d’en faire un sujet comme un autre. »

Publié par Europe 1, le 11 2017

Source : http://www.europe1.fr/societe/pourquoi-lacces-a-lemploi-des-personnes-handicapees-reste-difficile-3326924

 

9. Europe – Bientôt plus de livres disponibles aux personnes aveugles

Un accord sur de nouvelles règles visant à rendre disponibles davantage de livres dans des formats accessibles aux personnes aveugles et malvoyantes a été conclu de façon informelle entre les négociateurs du Conseil et du Parlement européen, a annoncé ce dernier jeudi dans un communiqué.

La législation vise à garantir que les personnes aveugles, ayant une déficience visuelle ou d’autres difficultés de lecture des textes imprimés aient accès à plus de livres, revues, journaux, magazines et partitions de musique dans des formats tels que le braille, les livres audio et l’impression en grands caractères.

Les négociateurs se sont notamment mis d’accord sur les exceptions au droit d’auteur, qui permettront aux personnes aveugles et leurs organisations de ne plus demander l’autorisation du titulaire des droits pour transformer les documents dans des formats accessibles.

Les États membres auront toutefois encore la possibilité de mettre en place des systèmes de compensation limitée pour les éditeurs lorsque leurs livres seront transformés en des formats de ce type. L’accord devrait par ailleurs garantir une meilleure circulation transfrontalière de ces livres.

Le texte conclu doit désormais être adopté formellement par la commission des affaires juridiques, le Parlement dans son ensemble et le Conseil avant d’entrer en vigueur.

Le texte conclu doit désormais être adopté formellement par la commission des affaires juridiques, le Parlement dans son ensemble et le Conseil avant d’entrer en vigueur.

Selon l’Union européenne des aveugles, l’Europe compte plus de 30 millions d’aveugles et de déficients visuels. Alors qu’on estime que la proportion de livres publiés disponibles dans un format accessible aux personnes ayant une déficience visuelle est comprise entre 7 et 20% dans l’UE, ce taux est estimé à seulement 1% dans les pays en développement.

Publié le 11 mai 2017 par la rédaction de 7sur7

Source : http://www.7sur7.be/7s7/fr/1518/Sante/article/detail/3155315/2017/05/11/Bientot-plus-de-livres-disponibles-aux-personnes-aveugles.dhtml

10. Sécurisation des déplacements actifs dans Rosemont—La Petite-Patrie: Lancement d’une consultation en ligne

Montréal, le 10 mai 2017 – De nombreux citoyens ont participé aux ateliers de consultation publique sur la Vision Zéro de Rosemont– La Petite-Patrie. Cet événement a permis de recueillir de multiples commentaires de résidents en plus de dresser un portrait précis des réalités vécues au quotidien lors des déplacements actifs sur le territoire de l’arrondissement.

Rappelons que la démarche Vision Zéro RPP est une initiative du maire de l’arrondissement, Monsieur François William Croteau dont l’objectif est de produire un plan de mobilité active et d’implanter des mesures d’aménagement permettant d’améliorer la sécurité des utilisateurs de modes de transport actif. Afin de permettre à un maximum de citoyens de faire connaître leurs points de vue sur les aménagements actuels, une consultation en ligne sera lancée dès aujourd’hui.

« Nous souhaitons produire un plan de mobilité active qui répond aux attentes et priorités des citoyens et améliorer nos aménagements. Pour y arriver, nous avons décidé d’aller de l’avant avec une seconde phase de consultation, cette fois-ci en ligne, afin de démocratiser pleinement la démarche consultative», a souligné le maire, François William Croteau. Il sera possible d’y participer jusqu’au 30 juin.

Les citoyens n’ayant pu assister aux consultations sur place sont donc invités à participer à la consultation en ligne à l’adresse suivante : http://bit.ly/VisionZeroRPP

Source : http://www.projetmontreal.org/vision_zero_rpp_phase2

11. Le chalet du parc Caron dans l’arrondissement de Saint-Laurent bénéficiera de travaux d’accessibilité universelle

MONTRÉAL, le 18 mai 2017 /CNW Telbec/ -À l’occasion de sa séance hebdomadaire, le comité exécutif a octroyé, aujourd’hui, un contrat à Rénovacoeur Rénovation inc. pour l’exécution des travaux d’accessibilité universelle au chalet du parc Caron, dans l’arrondissement de Saint-Laurent.

Les travaux du bâtiment sis au 700, rue Muir, débuteront le mois prochain et devraient être terminés à l’automne.

La dépense totale sera de 362 764,81 $. Cette somme sera entièrement assumée par la ville centre.

« L’accessibilité universelle est une priorité pour notre Ville depuis quelques années. Ce projet va dans ce sens. Tous les citoyens auront dorénavant accès à l’immeuble et aux services municipaux qui y sont offerts », a fait savoir le maire de Montréal, M. Denis Coderre.

Les travaux consistent à améliorer les chemins d’accès extérieurs, à améliorer l’entrée principale, à installer des ouvre-portes automatiques, à améliorer les salles de toilettes, à améliorer la circulation intérieure et extérieure, à améliorer la signalisation et à la réalisation de travaux connexes.

« Les correctifs sont conformes aux recommandations des professionnels. Nous avons notamment fait appel à une firme spécialisée en accessibilité universelle. Ils répondent aussi aux besoins émis par l’arrondissement », a ajouté Mme Monique Vallée, responsable du développement social et communautaire ainsi que de l’itinérance.

« Ce projet représente une suite logique des réalisations de notre conseil depuis des années, afin d’offrir des installations récréatives de qualité à l’ensemble des clientèles de Saint-Laurent. L’aménagement du chalet du parc Caron selon les normes d’accessibilité universelle constitue une excellente nouvelle pour les usagers de ce bâtiment, lequel accueille un grand nombre de visiteurs ayant des difficultés motrices, notamment des personnes âgées. Il s’agit déjà du troisième projet semblable sur le territoire laurentien cette année, après notre Centre des loisirs et l’aréna Raymond-Bourque », a expliqué le maire de Saint-Laurent, M. Alan DeSousa.

Au total, six soumissions avaient été déposées et analysées à la suite de l’appel d’offres public. Rénovacoeur Rénovation inc. était le plus bas soumissionnaire conforme.

Ville de Montréal – Cabinet du maire et du comité exécutif Source :

http://www.newswire.ca/fr/news-releases/le-chalet-du-parc-caron-dans-larrondissement-de-saint-laurent-beneficiera-de-travaux-daccessibilite-universelle-622974233.html

12. Budget 2017-2018 du Québec : deux mesures en accessibilité à souligner

L’Office salue l’inscription de deux nouvelles mesures au budget 2017-2018 du gouvernement du Québec avec des sommes substantielles pour améliorer l’accessibilité de certains lieux publics et touristiques aux personnes handicapées.

Tout d’abord, un nouveau programme d’aide financière sera créé afin d’améliorer l’accès pour les personnes ayant une incapacité liée à la mobilité aux petits centres d’affaires, commerciaux et communautaires, qui ne sont pas actuellement soumis à une obligation légale en matière d’accessibilité aux personnes handicapées. Des crédits de huit millions de dollars sur cinq ans y seront alloués.

Le montant maximal de l’aide offerte aux propriétaires et aux locataires sera de 15 000 $, ce qui représente 75 % du coût maximal des travaux admissibles, qui est de 20 000 $. Les travaux admissibles sont ceux visant l’amélioration de l’accès, par exemple, à un stationnement, à une entrée ou à un parcours à l’intérieur du bâtiment situé dans les espaces accessibles au public. Ils devront être conformes aux normes de conception sans obstacles du Code de construction du Québec et être exécutés par un entrepreneur reconnu. La gestion du programme sera confiée à la Société d’habitation du Québec, qui précisera davantage les modalités du programme au cours des prochains mois.

Mentionnons ensuite l’octroi de cinq millions de dollars à l’organisme à but non lucratif Kéroul, afin de favoriser l’aménagement des lieux touristiques et culturels en vue de les rendre plus accessibles pour les personnes ayant une incapacité liée à la mobilité. Rappelons à cet effet que l’offre touristique destinée à ces personnes demeure encore très marginale, alors que seulement 3 % des 9 418 établissements d’hébergement touristique actifs et 11 % des 4 400 attraits actifs seraient considérés comme accessibles ou partiellement accessibles.

Ces nouvelles sommes permettront d’offrir aux établissements d’hébergement touristiques classifiés et aux attraits touristiques le financement d’une partie des coûts des travaux de réfection visant la mise à niveau ou l’amélioration de l’accessibilité de leurs infrastructures. Kéroul sera mandaté par le ministère du Tourisme pour gérer ce programme.

L’Office se réjouit de ces deux nouveaux programmes qui permettront d’améliorer l’accessibilité des petits bâtiments offrant des services directs à la population. Il continuera d’ailleurs à collaborer avec les organismes concernés afin de soutenir la mise en œuvre de ces programmes.

Tiré de l’Express-o, cyberbulletin de l’Office des Personnes Handicapées du Québec, printemps 2017

Source : https://www.ophq.gouv.qc.ca/publications/cyberbulletins-de-loffice/express-o/volume-11-numero-1-printemps-2017/actualites/budget-2017-2018-du-quebec-deux-mesures-en-accessibilite-a-souligner.html