Accessibilité
Bâtir ensemble un quotidien accessible!

Les pistes multifonctionnelles, des zones dangereuses

Montréal, le 27 mai  2015

Lettre ouverte à l’attention de Mme Caroline St-Hilaire, M. Paul Leduc, M. Jean Martel, M. Martin Murray et M. Alain Dépatie, respectivement mairesse et maires de Longueuil, Brossard, Boucherville, St-Bruno et St-Lambert.

Les pistes multifonctionnelles, des zones dangereuses

Depuis quelques années, on constate que les pistes multifonctionnelles sont de plus en plus présentes sur la Rive-Sud. En principe, il s’agit d’espaces conviviaux où sont censés se côtoyer harmonieusement cyclistes, planchistes, personnes en fauteuil roulant, piétons avec ou sans chien, poussettes, marchettes, etc.  En réalité, ces pistes ont été reconnues non sécuritaires pour les piétons dans presque tous les pays où elles ont été implantées puisque ce sont surtout des pistes cyclables où sont admis les piétons qui n’ont plus de trottoirs pour circuler.

Ainsi, puisque les pistes multifonctionnelles présentent un fort potentiel de dangerosité pour les piétons, le Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain profite de la Semaine québécoise des personnes handicapées pour porter à votre attention les risques supplémentaires qu’elles représentent pour les personnes ayant des limitations visuelles, particulièrement nombreuses sur la Rive-Sud.

Notons d’abord que les pistes multifonctionnelles fonctionnent comme des rues : conduite à droite, sur deux voies séparées par une simple ligne de couleur au milieu. Comme elles sont d’une hauteur uniforme pour assurer la sécurité des cyclistes, planchistes et patineurs, ce sont les repères visuels qui permettent de s’y déplacer. L’absence de repères physiques tels que des trottoirs ou des dénivellations aux intersections rend extrêmement difficile de s’y orienter pour les personnes ayant des limitations visuelles. De plus, elles longent souvent des rues très achalandées ce qui augmente les risques de collisions faute de bordures.

Par ailleurs, les personnes y circulent à des vitesses très variées selon leur mode de déplacement, ce qui présente un grand risque pour les piétons de se faire frapper par-derrière. Notez qu’en raison des risques élevés de collision, les spécialistes en orientation et mobilité conseillent aux aveugles complets qui doivent emprunter ces pistes d’y circuler à contresens, même si pour en sortir il leur faudra s’exposer à traverser perpendiculairement l’autre voie !  Fermez les yeux et essayez, voir…

À Brossard, une personne avec chien-guide a été frappée à deux reprises et en est restée à ce point traumatisée qu’elle n’espère plus qu’une chose: déménager dans une autre ville, comme d’autres l’ont déjà fait.  Belle mesure d’inclusion!  Mais où aller si, comme il est à craindre, les pistes multifonctionnelles continuent de se multiplier dans toutes les villes?  Il suffit de regarder ce qui se passe du côté des pistes cyclables à Longueuil pour être en droit de s’inquiéter…

Ainsi, le Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain (RAAMM) demande aux municipalités concernées :

  • qu’elles cessent de prioriser l’aménagement de nouvelles pistes multifonctionnelles sur leur territoire;
  • que les pistes déjà existantes soient adaptées afin de devenir sécuritaires pour tous, y compris les personnes ayant des limitations visuelles;
  • que les municipalités qui feront le choix de poursuivre l’implantation de pistes multifonctionnelles malgré les risques qu’elles représentent, s’assurent dès les premières étapes de conception que toute nouvelle piste soit conforme aux règles d’accessibilité universelle.

Les municipalités de la rive sud ont adopté des politiques d’accessibilité universelle, il importe maintenant de les mettre en application pour assurer des déplacements sécuritaires pour toutes les citoyennes et citoyens sur l’ensemble de leur territoire. Il ne faut pas attendre que quelqu’un se fasse happer et soit gravement blessé pour agir; la situation doit être corrigée dès maintenant. N’oublions pas que ce qui est bon pour les personnes ayant des limitations visuelles est aussi bon pour bien d’autres groupes de citoyens.

Pascale Dussault
Directrice générale du Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain (RAAMM)